Logo

Coups de feu au Camping des Pins

3 juillet 2017 | Edition N°2029

Corcelettes – L’auteur, un Suisse de 33 ans domicilié dans la région, a été interpellé, sans heurt, hier dans la matinée.

La Gendarmerie a contrôlé tous les accès au Camping des Pins. ©Raposo

La Gendarmerie a contrôlé tous les accès au Camping des Pins.

«L’année passée, c’était Camping Paradis, cette année c’est Dallas !» Dimanche, au Restaurant des Pins, attenant au camping, les résidents balançaient entre humour et inquiétude. En effet, d’importantes forces de police avaient été déployées dans le secteur dès l’aube et les accès routiers au Camping des Pins étaient contrôlés.

Selon le procureur en charge de l’enquête, Bernard Dénéréaz, premier procureur de l’arrondissement de Lausanne -il assurait la permanence et s’est rendu sur les lieux-, un individu a tiré un ou plusieurs coups de feu en fin de nuit -l’alerte a été donnée peu avant 6h-, dans une zone occupée par des caravanes, située entre la petite plage et le lac.

 

Le DARD intervient

 

Fort heureusement, aucune personne n’a été blessée. Le procureur n’exclut pas que l’alcool ait pu jouer un rôle dans le comportement de l’auteur. Il s’agit d’un homme âgé de 33 ans, domicilié dans la région. Les hommes de la cellule négociation du DARD ont finalement pu le contacter et l’interpellation s’est déroulée sans heurt.

Quant aux motivations du tireur, l’enquête doit permettre de les établir. Un contentieux semble être à l’origine de son comportement. L’arme de poing qu’il a utilisée a été séquestrée et les spécialistes de la police scientifique ont procédé aux relevés d’usage. Plusieurs armes détenues légalement par le prévenu ont aussi été saisies à son domicile.

Dès l’alerte donnée, d’importants effectifs de la Police cantonale, en particulier le Détachement d’action rapide et de dissuasion (DARD), ont été mobilisés et déployés sur tout le secteur compris entre Corcelettes et La Poissine, sur le territoire de la commune de Grandson.

La route longeant le bord du lac était contrôlée par des patrouilles de la Gendarmerie en uniforme. Ailleurs, le dispositif était extrêmement discret, de manière à ne pas trop attirer l’attention. Mais parmi les résidents du camping, très nombreux en ce début de vacances, la nouvelle s’est vite répandue et des rumeurs alarmistes ont commencé à circuler à l’heure du café.

Toutefois, aux environs de 10h, le dispositif de police était définitivement levé. L’auteur a été conduit dans les locaux de la police pour l’interrogatoire et les opérations d’usage. L’enquête doit maintenant établir ses motivations. Le procureur a demandé sa mise en détention au Tribunal des mesures de contrainte.

Isidore Raposo