Logo

«Il nous faut juste un déclic!»

2 septembre 2009

Christopher Meylan, arrivé d’YS peu avant le début du championnat, relativise les difficultés actuelles du FC Baulmes, avant de recevoir Meyrin ce soir à 20h.

Christopher Meylan.

Christopher Meylan.

La jolie histoire que liait Christopher Meylan, jeune portier de Belmont-sur-Yverdon, à Yverdon Sport s’est terminée en queue de poisson. Heureusement pour lui, le gardien de bientôt 19 ans a vite retrouvé un club. Désormais, il garde la cage du FC Baulmes et, avant de recevoir Meyrin, ce soir à 20h, il relativise la difficulté qu’a sa nouvelle équipe à entrer de plein pied dans son championnat.

La Région: Christopher, comment êtes-vous arrivé à Baulmes?

Christopher Meylan: Je me suis retrouvé sans club à une semaine du championnat de Challenge League, deux de celui de 1re ligue. J’ai eu une période de doute, pendant laquelle j’ai envisagé de tout arrêter. Le FC Belfaux m’a contacté, mais quitte à continuer le foot, je ne voulais pas aller en 2e ligue inter, qui plus est loin de chez moi, dans un club où je ne connais personne. Alors, j’ai appelé Fabian Salvi, président du FC Baulmes, j’ai fait un match amical avec l’équipe et, très vite, tout a été réglé.

Vous êtes passé de la Challenge League à la 1re ligue. Vous reculez pour mieux sauter?

Pour moi, il était très important de jouer, de retrouver du plaisir et de la confiance. Aujourd’hui, je me concentre sur la saison qui vient de commencer, mais il est clair que, dans le futur, si je peux aller plus haut, je n’hésiterai pas. A condition que cela soit pour jouer, pas pour être numéro deux et devoir compter sur une blessure du titulaire pour entrer.

Trois matches, trois défaites: le FC Baulmes n’a pas encore trouvé ses marques cette saison. Comment le vivez-vous?

Nous avons un très bon groupe et l’ambiance est excellente, que cela soit entre les joueurs et avec les dirigeants. Il nous faut simplement apprendre à jouer ensemble et les victoires suivront. Tout est encore ouvert dans ce championnat de 1re ligue et, avec quelques succès ces prochaines semaines, nous serions vite dans une position plus favorable.

Le contingent permettra-t-il de jouer le haut du tableau?

Nous l’espérons. Le plus difficile, c’est de se relancer, de gagner un premier match.

Qu’est-ce qui pourrait amener le déclic que le FC Baulmes attend?

Nous avons encaissé beaucoup de buts, mais le problème n’est pas spécialement la défense. Les progrès sont à faire au niveau de l’organisation. Pour l’instant, nous prenons trop de goals sur de bêtes contres.

Lionel Pittet