Logo

«Yverdon est sur la liste des endroits où revenir»

27 avril 2012

Tennis – Fed Cup à Yverdon – Le baptême du feu de la salle du Complexe sportif des Isles a laissé d’excellents souvenirs aux joueuses et à Swiss Tennis. Public, partenaires et Commune se sont tous fortement impliqués. Bilan de cette belle expérience avec Tim Knegtel.

Tim Knegtel et Swiss Tennis ont beaucoup apprécié leur séjour à Yverdon.

La fête est terminée, l’heure est aux rangements au Complexe sportif des Isles, qui s’apprêtera à accueillir, tout bientôt, les premières classes d’école sur son sol verdâtre. La Fed Cup à peine bouclée, Tim Knegtel, chargé de projet pour Swiss Tennis, revient sur l’événement et tire le bilan de cette expérience yverdonnoise, qu’il qualifie de «réussite totale».

«Bien sûr, le fait qu’on ait gagné contribue au bon sentiment, nuance-t-il. Mais je croyais à l’enthousiasme du public d’Yverdon en y organisant un grand événement. Et il a répondu présent!» Avec un peu plus de 1700 spectateurs sur les deux jours, Swiss Tennis a ainsi fait bien mieux que ses scores habituels pour la Fed Cup.

A vrai dire, la taille de la salle sied parfaitement aux besoins de l’événement. Les organisateurs et les joueuses ont apprécié les lieux, l’ambiance et le logement au Grand Hôtel des Bains. Et Tim Knegtel est clair: «Yverdon est sur la liste des endroits où revenir!»

Une implication appréciée

C’est qu’outre les infrastructures, idéales, l’implication de la Commune a également été beaucoup appréciée du côté de Swiss Tennis. «On n’a eu que six semaines et demi pour tout organiser! On s’est vraiment sentis soutenus par la Ville, les fournisseurs et tous les partenaires, qui ont tous super bien joué le jeu.»

La manifestation, organisée avec un budget de 250 000 francs -elle en a coûté un peu plus de 35 000 à la Ville d’Yverdon-les-Bains-, a fonctionné grâce à la bonne volonté de toutes les entités engagées. «Par exemple, le Grand Hôtel des Bains est venu nous apporter des linges pour les joueuses, et le CPNV nous a prêté des tables et des chaises», relève Tim Knegtel. Ce dernier concède par contre que la vente des «business seats» a moins bien marché qu’escompté. «Mais le temps était trop court pour beaucoup d’entreprises contactées, qui n’avaient pas le budget.»

Etabli dans la région depuis une quinzaine d’années, Tim Knegtel fera encore parler de lui à l’avenir. Car lorsqu’il n’est pas occupé à organiser les rencontres de Coupe Davis et de Fed Cup -il en compte douze à son actif depuis 2003!-, il investit son énergie dans d’autres projets dans cette région qui lui tient à coeur, notamment impliqué dans la recherche de sponsors pour le Triathlon d’Yverdon et la semaine de l’Union européenne de cyclotourisme prévue en 2013 dans la Cité thermale. «Je discute avec les gens de la Commune pour développer d’autres projets événementiels, pas forcément liés au sport, qui font la promotion de la région», glisse-t-il, un tas de bonnes idées derrière la tête… jusqu’à la prochaine Fed Cup yverdonnoise!

On a aimé

– La sympathique présence de Romina Oprandi à Yverdon le samedi pour encourager ses camarades. La nouvelle numéro 1 suisse (WTA 61) est blessée à un genou et n’avait donc pas été sélectionnée pour la rencontre.

– L’état d’esprit affiché par les Suissesses durant toute la semaine. Souriantes, agréables avec le public et prêtes à lancer les chants d’encouragement, elles ont fait preuve d’une belle unité.

– L’excellent travail effectué par Swiss Tennis, tout le staff et les bénévoles. «On a passé de beaux moments, soulignait Stefanie Brun Poggi, présidente du TC Yverdon. Je tiens à dire bravo à tous pour leur engagement.»

– La vitesse de réaction des autorités de la Ville pour pouvoir accueillir l’événement à Yverdon.

– Le Complexe des Isles, qui s’est révélé aux Yverdonnois et qui a séduit.

On a moins aimé

– L’implication d’Olga Govortsova. La leader des Bélarusses est arrivée seulement mercredi à Yverdon et s’est montrée peu concernée lors de son second simple, avant de quitter la salle sans même regarder les deux matches suivants…

– L’absence de dossiers -un choix incompréhensible!- dans les gradins de la salle. Un match de tennis, c’est long, et il en va de même des autres sports. Beaucoup de spectateurs se sont plaints d’avoir mal au dos. Ils ne seront pas les derniers.

– Les parkings boueux du Complexe des Isles. Le gazon, c’est joli, mais après tant de jours de pluie, sortir de sa voiture dans la boue -pour le staff et les VIP!-, ce n’est pas idéal.

 

Manuel Gremion