Logo

Le président abandonne les Brandons

31 octobre 2018 | Edition N°2364

Yverdon-les-Bains – Membre du comité d’organisation depuis près de six ans, Michaël Thévenaz vient d’annoncer son départ de l’association. La manifestation est menacée.

«Merci pour ces six années de rires et de larmes. Ce soir, c’est le cœur rempli d’émotion que… je suis venu te dire que je m’en vais.» C’est en ces termes que Michaël Thévenaz, président de l’association des Brandons d’Yverdon-les-Bains, a fait part de son départ du comité d’organisation. Publiée lundi soir sur les réseaux sociaux, l’annonce a engendré une vague de réactions. «C’est un jour de tristesse pour le monde carnavalesque. Un grand président se retire», a posté une internaute. «Les Brandons n’ont jamais été aussi bien réussis. Dieu sait maintenant comment ça va être», a renchéri une autre.

Au sein du comité, la nouvelle a également étonné certains: «Il avait déjà démissionné du poste de président il y a environ un mois, mais je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il quitte le comité, avoue Joëlle Bettex, membre de l’association. C’était le moteur et le leader du groupe. Il a donné énormément.» Et d’ajouter: «Sa plus grande qualité, qui est aussi son plus grand défaut, c’est d’entreprendre ce que personne ne veut faire. Il a repris la présidence (ndlr: en 2016) parce qu’il n’y avait personne qui voulait s’en charger. C’est un excellent créatif mais l’organisation, d’un point de vue administratif, ce n’était pas son point fort. Heureusement, on n’attendait pas de lui qu’il s’occupe de tout.»

La politicienne PLR Joëlle Bettex ne s’en cache pas, le départ du président va créer un vide: «Quand je suis arrivée, on m’a dit que les Brandons, c’était un peu comme une grande famille et c’est vrai. Et là, on vient de perdre notre grand frère.»

Un avenir incertain

Contacté hier, Michaël Thévenaz a expliqué qu’il fait face à des problèmes de santé et qu’il souhaite lever le pied pour se consacrer davantage à lui et à sa famille. «Je ressens de la fatigue depuis un moment et j’estime avoir fait le tour de ce que je pouvais apporter aux Brandons.»

Il est également à relever que la mouture 2018 des Brandons d’Yverdon-les-Bains n’a pas été à la hauteur des espérances. «Le déficit  s’élève à 27 000 francs, plus une perte de 10 000 francs héritée des éditions précédentes», indique Daniel Ferreira, trésorier de l’association. «C’est aussi pour cela que l’on collabore étroitement, depuis le mois d’août, avec le Service de la culture», relève Joëlle Bettex. Un rapprochement qui a fait naître quelques désaccords entre Michaël Thévenaz et la Ville.

Pour rappel, le budget de l’édition 2018 s’élevait à environ 140 000 francs, dont 40 000 francs de subventions communales. «La Ville a déjà dû éponger plusieurs dizaines de milliers de francs de dettes en 2017 (ndlr: les comptes 2016 se sont clôturés avec un déficit de 68 000 francs), note Carmen Tanner, municipale yverdonnoise chargée de la culture. L’association n’est pas en très bonne posture mais on a l’envie de maintenir la manifestation.» Placée sous la surveillance de la Ville depuis un an, l’association, qui a vu plusieurs membres quitter le navire récemment, est en phase de réorganisation. «On continue les discussions pour voir concrètement ce que l’on va faire l’an prochain», conclut Joëlle Bettex.

Christelle Maillard