Logo

Ruben Ramchurn rêve de la présidence

4 février 2019 | Edition N°2428

Le conseiller communal UDC se dit prêt à prendre les rênes de la section locale, à la suite du départ de Roland Villard et de deux autres membres du comité.

Le parti UDC yverdonnois va perdre trois de ses quatre dirigeants, a annoncé vendredi la section locale sur Facebook. Le président, Roland Villard, son bras droit, Aude Briand, et la secrétaire, Emilienne Wagnière, n’ont pas prévu de se représenter lors de la prochaine assemblée générale du groupe, le 14 mars.

A la tête de la section depuis cinq ans, le chef du comité justifie son départ par son état de santé. En rémission d’un cancer, Roland Villard préfère désormais se consacrer davantage à sa vie de famille, à son travail et à ses activités spirituelles. De son côté, Aude Briand parle de «nouveaux challenges à relever, notamment dans sa vie professionnelle».

Le groupe yverdonnois admet, toutefois, «qu’une partie du comité actuel (…) estime qu’il est temps de changer de capitaine et de renouveler la direction». Un avis que Ruben Ramchurn tient à préciser: «C’est vrai qu’il y a eu des tensions cette année au sein de la section, notamment avec  l’histoire du collège Pestalozzi (ndlr: pour rappel, Aude Briand et le PLR Daniel Cochand ont fait recours au Tribunal cantonal pour invalider la décision de la Municipalité et de l’organe délibérant visant à démolir le site, mais ils ont été déboutés). Mais maintenant, ça va mieux. La passation pourra se faire dans un climat détendu.»

Du moins, c’est ce que Ruben Ramchurn espère. «Il est probable que je postule à la présidence», dévoile-t-il. Vice-président de l’UDC du district Jura –  Nord vaudois depuis plus d’un an, il se sent prêt à s’investir davantage dans la section locale. «Je trouve dommage cette fracture entre ville et campagne, c’est pourquoi j’aimerais dynamiser les activités du groupe yverdonnois.»

«Je vais devoir arrondir les angles»

Connu pour son fort tempérament, notamment l’organisation d’un «barbecue de la liberté» sous le nez des antispécistes à Swiss Expo en janvier, le directeur d’EMS Beaulieu devra mettre de l’eau dans son vin s’il entend maintenir «un climat détendu», comme l’a fait remarquer Roland Villard à nos confrères de 24 heures: «J’aimerais que ce soit une personne rassembleuse qui accède à la présidence de notre section. Nous avons besoin d’unité pour avancer et pour atteindre nos objectifs électoraux.» Et Ruben Ramchurn de répondre: «C’est un bon conseil qu’il me donne, je vais devoir arrondir les angles.»

S’il espère ne pas être le seul à briguer la présidence, afin d’offrir un choix à la section, il sait pourtant que Nicolas Durussel et Roger Gygax sont aussi intéressés à rejoindre le comité.

Christelle Maillard