Logo

Appel pour une collection inestimable

26 avril 2018 | Edition N°2234

Sainte-Croix  – Le projet de regroupement des musées avance, mais l’argent manque pour acquérir la collection du Musée Baud.

Lancé il y a un peu plus de deux ans, le projet de regroupement des trois musées du Balcon du Jura – le Centre international de la mécanique d’art (CIMA), le Musée des arts et des sciences (MAS) et le Musée Baud de L’Auberson – sur un site unique, celui du CIMA à Sainte-Croix, avance bon train. La seule incertitude concerne l’extraordinaire collection du Musée Baud, à L’Auberson.

En effet, les promoteurs du projet dans lequel la Commune de Sainte-Croix joue un rôle moteur bénéficient d’une convention d’exclusivité pour l’acquisition de la collection du Musée Baud de L’Auberson (lire encardé), détenu par des membres de la famille des fondateurs. Cet accord arrive à échéance à fin juin et, à ce stade, malgré les nombreux contacts établis, l’argent nécessaire à cette opération – quelque deux millions de francs – n’a pas pu être réuni.

La proximité de l’échéance a dopé les ardeurs des membres de la commission financière créée dans le cadre du projet de regroupement. Il a notamment été fait appel à des spécialistes du crowdfunding, un méthode très à la mode pour réunir un capital.

Le projet prévoit le regroupement des trois musées sur le site du CIMA, à Sainte-Croix. © Michel Duperrex

Le projet prévoit le regroupement des trois musées sur le site du CIMA, à Sainte-Croix. © Michel Duperrex

A l’heure actuelle, l’objectif n’a pas pu être atteint. «On a de la peine à trouver des fonds. Si vous connaissez un mécène, il faut nous le présenter», relève Franklin Thévenaz, qui n’en perd pas pour autant son humour ni son flegme très britannique. Le syndic sainte-crix n’envisage pas une seconde voir la collection Baud quitter le Balcon du Jura: «C’est notre patrimoine!»

Ce cri du cœur sonne comme un écho lointain à l’expatriation de la collection Reuge au Japon. Les Sainte-Crix ne voudraient sans doute pas revivre la même mésaventure.

Le problème principal réside dans le fait qu’il est impossible d’obtenir des fonds publics pour acquérir cette collection.

Par contre, en ce qui concerne le futur musée et la muséographie, l’appui du Canton et de la Loterie Romande est pratiquement acquis. Une priorité a d’ailleurs été mise sur le futur musée, dans le cadre d’un concours d’architecture.

Le site, celui du CIMA, au cœur de Sainte-Croix, non loin de la gare, s’est imposé tout naturellement dès le lancement du projet. La question à résoudre concerne les volumes nécessaires. Deux variantes sont envisagées: un réorganisation des volumes existants ou la construction d’un deuxième immeuble à l’arrière du musée existant. Dans les deux cas, la Commune est maître du jeu.


Soixante pièces du XVIIIe au XXe siècle

De vrais bijoux animés

La collection du Musée Baud, à L’Auberson, c’est un peu les bijoux de la couronne version boîtes à musique, automates, horloges et oiseaux chanteurs. Dans cet inventaire à la Prévert figurent des grands instruments de musique mécaniques, tous uniques, notamment un orgue de foire de 1900 et un orchestre composé de dix instruments. Les frères Baud ont ouvert le musée en 1955, activité conduite en parallèle aux travaux de restauration de pièces. Arlette Baud a repris le Musée en 1995, évitant ainsi la dispersion du patrimoine familial.

Isidore Raposo