Logo

Après les machines, du poisson frais

21 août 2013

Bonne nouvelle pour la vie du centre-ville, après de longs mois d’attente, la Ville d’Yverdon-les-Bains a enfin trouvé un locataire pour le local situé à la rue de l’Ancienne-Poste.

Le local accueillera prochainement une poissonnerie.

Une trentaine de mois. C’est le temps durant lequel le local, situé à la rue de l’Ancienne-Poste 2, propriété de la commune d’Yverdon-les-Bains, sera resté vide. En effet, selon nos informations, un locataire aurait enfin été trouvé et la surface commerciale devrait accueillir une poissonnerie, dès le 1er octobre prochain.

Une information que confirme d’ailleurs la municipale en charge de l’urbanisme et des bâtiments, Marianne Savary. «Oui, un locataire a été trouvé et un bail a été signé. C’est une bonne nouvelle, ce d’autant plus que le locataire correspond à notre volonté de trouver une enseigne capable d’offrir quelque chose d’original au centre-ville», se réjouit-elle.

Un dossier qui fâchait

Un désir de diversification des autorités qui, les mois passant et deux appels d’offres plus tard, avait finit par «fâcher» plusieurs élus, dont le conseiller Dominique Viquerat (PLR), qui, à plusieurs reprises, était revenu à la charge lors de séances du Conseil communal, concernant le devenir de ce local inoccupé. L’élu ayant, notamment, pointé du doigt «le manque à gagner pour la commune» et posé la question de l’éventuel «excès de zèle» dont auraient fait preuve les autorités en refusant des locataires jugés moins attractifs.

Un «dossier» sensible qui, avec l’arrivée de ce nouveau commerce au centre-ville, devrait enfin connaître son épilogue. Mais cela ne veut pas dire que les conseillers communaux n’en entendront plus jamais parler, car, comme Marianne Savary l’avait laissé entendre lors du Conseil communal du 6 juin dernier – lors duquel un premier crédit complémentaire de 40 000 francs pour des travaux indispensables avait été accepté- la Municipalité devrait demander un nouveau crédit complémentaire «de quelques milliers de francs» pour l’aménagement de base dudit local.

 

Raphaël Muriset