Logo

Au service du fair-play depuis trente-cinq ans

17 juin 2016 | Edition N°1766

Panathlon – L’antenne yverdonnoise du club-services souffle, aujourd’hui, ses 35 bougies. L’occasion de disserter avec son président, Daniel Jaccaud et de rappeler son credo.

Daniel Jaccaud (à dr.) a succédé à Bertrand Carrard (à g.), à la tête du vertueux club-services. C’était en janvier dernier, à la Prairie. © Champi -a

Daniel Jaccaud (à dr.) a succédé à Bertrand Carrard (à g.), à la tête du vertueux club-services. C’était en janvier dernier, à la Prairie.

Le Panathlon Yverdon fête ses 35 ans d’existence. Un cap que le club-services célébrera sans mettre les petits plats dans les grands. «C’est un petit anniversaire, rien à voir avec des cérémonies pour des 25 ou des 50 ans. Conformément à une tradition perpétuée par mes prédécesseurs, on va quand même marquer le coup, comme cela a toujours été le cas, tous les cinq ans.»

Pour ce faire, Daniel Jaccaud et son comité se rendront soit au Centre thermal, soit au Karting de Vuiteboeuf, ce matin. A midi, ils partageront un risotto avec une quarantaine de personnes, chez Pro Ticino. Puis l’après-midi sera placé sous le signe de la détente sportive, avec un tournoi de pétanque. Comme il se doit, la journée se conclura en soirée, par une partie un peu plus officielle, avec un apéro et un souper à l’Hôtel de la Prairie, durant lequel divers officiels se partageront le micro. «Il y aura notamment la présidente du Conseil communal d’Yverdon, Catherine Carp, ou encore le syndic Daniel Carrard et le vice-syndic Marc-André Burkhard, qui sont tous deux membres de notre club-services.»

Nouveau président du Panathlon international, l’ancien juge fédéral lausannois, Pierre Zapelli, n’a, pour sa part, pas encore confirmé sa présence.

Affable, bonhomme et un brin philosophe, Daniel Jaccaud a hérité, un peu à l’insu de son plein gré, de la présidence du Panathlon Yverdon, en janvier dernier. «J’étais le plus ancien membre du comité en place et, faute de candidat, je me suis résolu à accepter le mandat, lorsque Bertrand Carrard s’est retiré.» Bénévole par conviction -«La richesse du coeur est de loin la plus belle», dit-il en posant sa main sur son palpitant-, celui qui occupe également la présidence de l’Union des sociétés locales d’Yverdon (USLY) ne pensait pas que cette nouvelle aventure allait se montrer aussi chronophage. «Mes prédécesseurs ont effectué un super boulot, mais l’ont toujours caché», rend-t-il hommage, avant de souligner le retour sur investissement que lui procure sa nouvelle occupation: «J’aime les contacts, développer de nouvelles amitiés, rencontrer des personnes immensément riches sur le plan humain.» Et d’évoquer le solide soutien apporté par le Panathlon Yverdon au projet de Silke Pan, cette paraplégique valaisanne qui pratique le handbike, qui était la marraine de la manche de Coupe du monde de paracyclisme disputée l’an passé dans la Cité thermale, et qui a lancé une opération de financement participatif en vue de l’édition d’un livre.

Mode d’emploi

Le Panathlon récompense, d’une part, les athlètes régionaux et, d’autre part, les écoliers qui participent au sport scolaire facultatif, selon quatre critères de sélection:

– Attitude positive à l’égard du sport pratiqué.

– Respect des consignes et des camarades.

– Dignité dans la victoire comme dans la défaite.

– Assiduité et ponctualité dans les cours.

Marc Fragnière