Logo

Le BC Yverdon a dû se contenter de trois médailles à Morges

6 février 2018 | Edition N°2179

Les Championnats de Suisse, qui se déroulaient le week-end dernier à Morges, n’ont que moyennement souri au BCY. Ayla Huser en est tout de même ressortie avec l’argent du double mixte et le bronze du simple dames.

Si chaque début d’année commence par un titre d’Anthony Dumartheray aux Championnats de Suisse, 2018 fera désormais office d’exception qui confirme la règle. Le pensionnaire du BC Yverdon avait fait le choix de se séparer de Sabrina Jaquet (avec qui il avait remporté onze titres nationaux consécutifs, jusqu’à leur défaite en finale l’an dernier), pour disputer le double mixte au côté de Malika Golay. Pareil en double hommes, où l’Yverdonnois s’est aligné avec Christophe Debétaz, écartant le Saint-Gallois Thomas Heiniger avec lequel il détenait le titre. «L’idée était de participer sur ces deux tableaux davantage pour aider mes camarades du BCY et me faire plaisir. Cela constituait un choix peut-être un peu moins compétitif, mais on gardait tout de même de bonnes chances de médailles.»

Une décision du cœur qui colle avec le rôle de fer de lance du club nord-vaudois de celui qui compte dix-neuf titres nationaux à son palmarès. Reste que les choses ne se sont pas passées aussi idéalement que prévu: «Si on regarde les matches séparément, on a réalisé de très solides performances, et d’autres bien moins abouties. Je suis surtout déçu de mes prestations en double mixte, lors desquelles je n’ai vraiment pas très bien joué.» A la clé, une élimination en quarts de finale. Le même résultat qu’en double messieurs.

Debétaz frôle l’exploit

La succession de matches -six le samedi, un le dimanche- n’a cependant pas empêché Anthony Dumartheray de repartir de Beausobre avec une breloque autour du cou: «J’ai passé une nuit difficile entre les deux jours de compétition. Mais ce n’est pas une excuse. Une fois chaud, je me sentais en forme, même si j’ai manqué de réactivité en demi-finale pour espérer gêner davantage mon adversaire (ndlr: Christian Kirchmayr, futur gagnant du tournoi).»

Un vainqueur qui s’est, d’ailleurs, fait sérieusement secouer au 1er tour par Christophe Debétaz. Le pensionnaire du BCY n’ayant courbé l’échine qu’au terme d’un troisième set accroché (21-16 19-21 21-17). «Je ne sais pas si le Bâlois a cru qu’il avait gagné avant même de venir sur le terrain, mais Christophe est parvenu à lui faire très mal avec ses coups. Il n’est vraiment pas passé loin d’un petit exploit», relatait encore Anthony Dumartheray.

La plus grosse satisfaction du week-end est venue de la raquette d’Ayla Huser, même si la Nidwaldienne du BCY espérait mieux de son parcours en simple: «Mon sentiment est très mitigé. Il y a d’un côté ces deux médailles, et de l’autre ce sentiment que j’avais mieux à faire en individuel. J’ai super bien joué le samedi, et tout est devenu beaucoup plus compliqué le lendemain. La récupération entre les deux jours n’a vraiment pas été top, d’autant plus que j’ai été malade durant la semaine.»

La no 1 suisse gardera un meilleur souvenir du double mixte, où elle s’alignait pour la première fois avec le Chaux-de-Fonnier Mathias Bonny. La paire ne s’est inclinée qu’en finale (21-13 21-10). «C’était une très bonne découverte», sourit-elle.

«Tout se passe tellement rapidement. A la fin du mois, se déroule déjà le Swiss Open (ndlr: un tournoi international auquel Ayla Huser, notamment, prendra part en simple). Et maintenant, il faut surtout penser au championnat et à la lutte pour les playoffs. Dimanche, on reçoit Team Argovie, le club de Ronja Stern, qui m’a battue en simple à Morges. Je suis impatiente de prendre ma revanche. Cette fois, je veux la battre!»

Florian Vaney