Logo

Le BC Yverdon face à l’histoire

4 mai 2017 | Edition N°1989

Badminton – LNA – Alors que le club de la Cité thermale fête ses 20 ans d’existence cette saison, sa première équipe s’apprête à disputer la finale des interclubs ce week-end. En quête de leur premier titre national, les Yverdonnois en découdront avec le Team Argovia dans une rencontre qui s’annonce très ouverte.

Les badistes yverdonnois lors de leur qualification pour la finale. En haut, de g. À dr.: Matthew Nottingham, Matthew Carder, Christophe Debétaz et Jan Fröhlich. En bas, de g. À dr.: Malika et Sarah Golay, Anthony Dumartheray et Ayla Huser. Manque : Pierrick Deschenaux. ©Rosalba Dumartheray

Les badistes yverdonnois lors de leur qualification pour la finale. En haut, de g. À dr.: Matthew Nottingham, Matthew Carder, Christophe Debétaz et Jan Fröhlich. En bas, de g. À dr.: Malika et Sarah Golay, Anthony Dumartheray et Ayla Huser. Manque : Pierrick Deschenaux.

Vingt ans pour arriver au sommet. Le badminton yverdonnois est à quelques coups de raquette de pouvoir fêter le premier titre national de son histoire, cinq printemps après une première finale perdue contre Saint- Gall/Appenzell.

Samedi à domicile, puis dimanche à Gebenstorf, Yverdon se mesurera à Team Argovia, dans le cadre de la finale des interclubs de LNA. Cinq semaines après avoir sorti au bout du suspens le favori Uzwil, la formation nord-vaudoise a toutes les cartes en main pour, une fois encore, rappeler que les vérités de la saison régulière ne sont pas forcément celles des playoffs.

Battus deux fois par les Argoviens, Jan Fröhlich et ses camarades ont de nouveaux arguments à faire valoir, dont une confiance gonflée à bloc par une incroyable fin de championnat.

La rencontre sera très ouverte entre le 2e et le 4e de la saison régulière. Le BCY n’a jamais pu avancer tous ses pions -il lui manquait l’Anglais Matthew Nottingham- lors de ses deux revers (5-3 et 6-2) face aux Argoviens, très réguliers du début à la fin de l’exercice. Mais au complet, Yverdon est une toute autre équipe, bien plus redoutable. «On ne peut dire d’aucun match qu’il est gagné pour nous ou nos adversaires», constate Anthony Dumartheray, le champion local.

 

Gestion des nerfs

 

La toute première équipe d’interclubs du BC Montagny, qui a débuté en 4e ligue. Elle est composée de (de g. À dr.) Marco Boaga, Viviane Pahud, Vincent Rosselet, premier président du club, Rosalba Dumartheray, Angelo Fenu, Patrice Marti et Marie-Pierre Huguenot. ©Photos fournies par le BC Yverdon

La toute première équipe d’interclubs du BC Montagny, qui a débuté en 4e ligue. Elle est composée de (de g. À dr.) Marco Boaga, Viviane Pahud, Vincent Rosselet, premier président du club, Rosalba Dumartheray, Angelo Fenu, Patrice Marti et Marie-Pierre Huguenot.

Le choc des n° 1, entre Matthew Carder et le Portugais Pedro Martins vaudra son pesant de cacahuètes. Le second nommé a les faveurs de la cote, mais a réduit la voilure cette dernière année, tandis que l’Écossais du BCY est en pleine ascension, accumulant les bons résultats. Des duels de ce genre, il y en aura plusieurs ce week-end. «Ce qui va faire la différence, c’est le gestion de la pression, prédit la présidente Rosalba Dumartheray. Nos adversaires ont quelques jeunes…»

Les Argoviens, champions en 2014, relégués en 2015 et de retour en LNA cette saison, visaient avant tout le maintien. La progression des jeunes, l’homogénéité de l’effectif et, surtout, l’arrivée des étrangers Pedro Martins et Nikita Khakimov leur ont permis de retrouver leur aura. La bataille va être âpre.

Finale des interclubs de LNA entre Team Argovia et Yverdon Aller : samedi, 16h, au Centre de badminton d’Yverdon. Tarifs : 10 francs ; gratuit jusqu’à 16 ans. Retour : dimanche, 14h, au MZH Brühl de Gebenstorf.

 

De Montagny à l’avenue des Sports

 

Le Centre de badminton et sa forme facilement identifiable, lors de sa construction. Reproduction : ©Michel Duperrex

Le Centre de badminton et sa forme facilement identifiable, lors de sa construction.

Ce sont les habitués du centre de badminton situé En Chamard qui, en 1997, ont créé le BC Montagny. Un club qui, vingt ans plus tard et après avoir changé de nom et de lieu, évolue au sommet de la hiérarchie nationale. L’assiduité de certains et l’afflux de juniors constituent les éléments qui ont poussé à la création d’un club. «Il y avait toujours plus de monde au centre de Montagny, se souvient Rosalba Dumartheray, l’une des pionnières. Il y avait la foule à chaque Nuit du badminton.» Quelques-uns se sont formés à transmettre leur passion. Les jeunes ont rapidement démontré d’excellentes aptitudes et, dans le même temps, le centre de Montagny est devenu un peu exigu.

Depuis toujours, la jeunesse constitue la force du club. ©Photos fournies par le BC Yverdon

Depuis toujours, la jeunesse constitue la force du club.

En 2001, le Centre de badminton d’Yverdon-les-Bains est construit. Le bâtiment possède neuf terrains et un dojo pour les judokas de l’Ecole Dégallier. Le BC Montagny devient le BC Yverdon. A la base du projet, Serge Duvoisin est toujours à la tête des lieux, qui comptent douze courts depuis 2009. Formée avant le déménagement, l’équipe des jeunes du cru (Loïc Lanzarini, Ornella et Anthony Dumartheray, Loïc Briand, Marc Domeniconi, Adeline Kilchenmann et Chris Randin, ensuite rejoints par Christophe et Michaël Schwaar) fait un carton, avec une promotion par an jusqu’en LNB.

Le BCY rejoint la Ligue A en 2005, échelon qu’il n’a plus quitté depuis. Cela fait alors sept ans que Loïc Lanzarini et Anthony Dumartheray ont remporté leurs premiers titres suisses, prémices d’une longue série de sacres pour les jeunes du BCY, terreurs du circuit national. Vingt années après sa création, le club compte six équipes d’interclubs. Filière sport-études, cadres vaudois et suisses : tout le monde joue à Yverdon. Dernière nouveauté, le «babynton» est enseigné aux tout-petits.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion