Logo

Big Boubouille vous a à l’œil

23 novembre 2018 | Edition N°2381

Thierrens – L’équipe de la Revue du FC Thierrens est prête pour jouer les quatorze représentations de son spectacle devant les milliers de spectateurs attendus. Coup de projecteur sur un succès régional qui a bénéficié cette année de conseils de pros.

«Ici, c’est la maison de tout le monde un mois avant la Revue. C’est une ambiance formidable qui se perpétue», explique Denis Meylan, alias Bouillon, installé dans la cuisine de la grande salle de Thierrens, lors de la répétition générale, ce mardi. Plus de quarante ans après ses prémices, la Revue de Thierrens revient sur le devant de la scène, dès ce soir et jusqu’au 15 décembre, pour un total de quatorze représentations mêlant comédie, satire, danse et musique. Tout autour de Denis Meylan fourmillent des membres et amis du FC Thierrens affairés à la finalisation des derniers décors et costumes du spectacle intitulé Big Boubouille is watching you. Dans les coulisses, les comédiens bénéficient d’un cours de dernière minute donné par une maquilleuse professionnelle. Car, cette année, ils devront se préparer seuls avant chaque show.

Pierre Miserez, comédien professionnel, et Ingrid Crisinel, en leaders du parti antispéciste.

Pierre Miserez, comédien professionnel, et Ingrid Crisinel, en leaders du parti antispéciste. © Michel Duperrex

Pour cette édition 2018, les comédiens amateurs ont également pu profiter des conseils avisés du comédien professionnel Pierre Miserez. Ayant joué notamment dans la Revue de Genève et dans celle de Cuche et Barbezat, le comique n’a plus à prouver son expertise. Il n’en demeure pas moins ravi de faire partie de l’aventure. Pour lui, ce qui fait la particularité de la Revue de Thierrens, c’est sa région et son équipe: «C’est la seule revue en Suisse romande avec un véritable orchestre professionnel. Il y a des danseuses, Bouillon et les autres comédiens qui sont amateurs. Il y a un côté touchant.» L’artiste, qui s’est déjà produit à Paris, en Belgique ou encore au Québec, rappelle que jouer avec des amateurs amène un autre esprit: «Il y a un côté familial, une simplicité et une fraternité mais pas d’esprit de compétition.»

De son côté, la cometteuse en scène Line Rochat se réjouit de la présence de Pierre Miserez. «C’est quelqu’un qu’on apprécie beaucoup et qui apporte un grain de folie, explique-t-elle. Il a une manière différente d’aborder les personnages et la mise en scène. Les amateurs jouent avec leurs tripes, leur instinct ou leur intuition, et Pierre leur apporte davantage de technique grâce à son expérience.» La comédienne amateure Ingrid Crisinel ajoute même qu’aux côtés de Pierre Miserez, «tout le monde a envie de donner le maximum, et cela relève le niveau».

Les fidèles followers, Ingrid Crisinel (à g.) et Anouk Déglon (à dr.), se sont mises à genoux devant Facebook, pendant que Jonathan Djourou Bugnon disait une prière. © Michel Duperrex

Les fidèles followers, Ingrid Crisinel (à g.) et Anouk Déglon (à dr.), se sont mises à genoux devant Facebook, pendant que Jonathan Djourou Bugnon disait une prière. © Michel Duperrex

L’équilibre entre les musiciens, les amateurs et le professionnel semble avoir été trouvé. Pierre Miserez paraît en effet parfaitement intégré à la troupe qui aura vocation de faire rire jusqu’à 7000 spectateurs au travers des thèmes qui ont marqué l’actualité tout au long de l’année. Alors que les différents tableaux humoristiques s’enchaînent, passant du mouvement végan à la Fête des vignerons et aux réseaux sociaux, l’harmonie sur scène est bien réelle et le plaisir des acteurs du spectacle se ressent.

Les représentations auront lieu dès ce soir et jusqu’au 15 décembre. Réservations sur le site
https://larevuedethierrens.ch et par téléphone au 021 905 40 18.

Autre beauté du spectacle: les décors. Ici Denis Meylan, alias Bouillon, et Annie Mermoud sur le bateau qui les emmène à la Fête des Vignerons. © Michel Duperrex

Autre beauté du spectacle: les décors. Ici Denis Meylan, alias Bouillon, et Annie Mermoud sur le bateau qui les emmène à la Fête des Vignerons. © Michel Duperrex

Entre les sketches, rien de tel qu’une petite chorégraphie, avec les danseuses. Ici la danse qui clôt le numéro sur l’obsolescence programmée.   © Michel Duperrex

Entre les sketches, rien de tel qu’une petite chorégraphie, avec les danseuses. Ici la danse qui clôt le numéro sur l’obsolescence programmée. © Michel Duperrex

 

 

Marine Collet