Logo

Bouffée d’oxygène musicale pour Jimix

12 mai 2017 | Edition N°1995

Yverdon-les-Bains – A l’occasion de la sortie de son nouveau clip, «Besoin d’air», le rappeur Jimix, alias Jimmy Weber, s’est livré à La Région Nord vaudois. Rencontre.

Jimix, dans son propre studio. ©Michel Duperrex / Charles Baron

Jimix, dans son propre studio.

Le regard céruléen et pétillant, le rappeur yverdonnois, 30 ans, s’est confié sur la diffusion de son clip vidéo, publié sur les réseaux sociaux. Après avoir participé à la Star Academy, cet éducateur social de formation a parcouru un sacré bout de chemin, puisqu’il a, notamment, chanté dans des prisons et participé à la Quinzaine de la francophonie, au Sénégal.

 

 

Jimix, vous revenez avec un nouvel clip vidéo, «Besoin d’air». Vous ressentiez l’envie d’un nouveau souffle ?

Oui, j’ai toujours été un électron libre, mais cette fois je ressentais la nécessité de revenir à quelque chose de plus intime et profond. Je continue de rapper, mais j’y ai apporté plus de voix.

 

Comment définiriez-vous votre style musical ?

Jimix s'est entouré de Mladen (à gauche) et Roman pour son clip. ©Michel Duperrex / Charles Baron

Jimix s’est entouré de Mladen (à gauche) et Roman pour son clip.

Je dirai que je m’inscris dans la lignée d’un rap conscient. Je suis une personne intègre et je ne veux surtout pas me prendre la tête. Grâce à l’association Fight for Hope, que j’ai créée en 2014, j’ai parcouru les prisons en Suisse romande, afin de chanter pour les détenus. Cette expérience à la Johnny Cash m’a beaucoup apporté sur le plan humain.

 

 

Vous avez d’ailleurs décidé de créer votre propre studio. Pourquoi ce choix ?

Cela fait déjà quelques années que ce projet me tenait à coeur. Après des recherches de fonds et le soutien de sponsors, j’ai pu me mettre au travail et réaliser l’un de mes rêves. L’idée de créer mon propre studio s’est fait très naturellement. Avant, il fallait sans arrêt chercher des lieux où enregistrer et cela s’avérait parfois compliqué à gérer. Financièrement, c’était plus intéressant pour mon équipe et moi-même de devenir indépendants (ndlr : l’artiste collabore avec Mladen, beatmaker et batteur, et Roman, guitariste). Il y a une synergie entre nous et chacun apporte sa pierre à l’édifice.

 

Revenons à votre clip vidéo. Comment l’avez-vous financé ?

J’ai pu financer ce titre, comme les prochains (ndlr : Jimix compte publier un clip tous les trois mois sur Youtube jusqu’à la fin de l’année) grâce à mon association. La différence, par rapport à mes précédents projets musicaux, c’est qu’à présent je travaille avec une équipe complète. Ainsi, nous pouvons créer un projet de A à Z.

 

Dans votre nouveau morceau, vous dites que vous avancez entre les «coups bas», qu’il n’y a «plus de sourire, juste des visages en train de souffrir »? Déprimant, non ?

Je rencontre énormément de personnes qui n’ont plus de passion pour la vie et qui se laissent tirer vers le bas, ou qui ne veulent simplement plus se battre. Ce n’est pas toujours facile pour moi d’accepter, car j’aime faire face aux défis de la vie et je suis convaincu que derrière le désert se cache l’oasis.

 

Vous avez choisi de tourner votre clip en forêt, plus précisément sur les hauts du Jura. Une évidence pour vous ?

Après avoir travaillé sur le chantier de mon nouveau studio et travaillé dans l’ombre durant des mois (ndlr : il s’agissait d’un ancien local à palettes), je souhaitais sortir hors des murs et revenir à la lumière. J’ai choisi un endroit qui me ressemble pour démarrer mon second souffle. C’est pourquoi nous avons choisi de tourner une partie du clip dans les forêts de Concise. Parce que c’est un endroit où j’aime aller courir et me ressourcer depuis des années.

 

En 2012, vous avez participé au télé-crochet Star Academy. Seriez vous prêt à refaire une émission de ce type ?

Pour être tout à fait honnête, je ne regrette pas d’y avoir participé. Je rappe depuis l’âge de 14 ans et l’émission a été un tremplin pour moi. A l’époque, j’avais réalisé un clip vidéo, «Envie de», en duo avec la chanteuse Shana P, et c’était un bon coup de pub. Après, je reste conscient que l’industrie de la musique est un univers impitoyable. Parfois, il faut savoir garder les pieds sur terre et ne pas vendre son âme au diable.

 

La renommée, c’est important pour vous ?

Non, pas du tout. Je n’ai jamais lâché et j’essaie de me donner les moyens de réussir. Et si ça marche, c’est tant mieux. Mais le plus important, pour moi, c’est d’apporter un espoir et de la force autour de moi.

 

Avez-vous une tournée de prévue ?

Jusqu’à la fin de l’année, on va se concentrer sur la réalisation de plusieurs clips vidéo (ndlr : Jimix et son équipe s’apprêtent à réaliser un second clip prochainement), afin d’avoir un set pour des concerts prévus dès le début de l’année prochaine. On envisage également d’effectuer une tournée, mais pour l’instant, je ne préfère pas en dire plus (rires).

Pour visionner le nouveau clip vidéo «Besoin d’air» sur la page YouTube de Jimix : www.youtube.com/watch?v=DhWmzf_BpRM  et pour découvrir le reste de son travail sur sa page Facebook: https://www.facebook.com/jimixmusic/

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Valérie Beauverd