Logo
YS en demies: «C’est quelque chose de merveilleux, de fantastique»
William Le Pogam (à dr.) et les Yverdonnois ont remporté leur quart de Coupe de Suisse contre le LS, mardi dans un Stade municipal bien garni. © Gabriel Lado

YS en demies: «C’est quelque chose de merveilleux, de fantastique»

9 février 2022

Football – Yverdon Sport s’est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de Suisse, mardi au Stade municipal, en s’imposant 1-0 contre le Lausanne-Sport grâce à un penalty de Steve Beleck. Les réactions des protagonistes de la soirée.

Quand La Région l’avait rencontré en juillet dernier, Nicolas Gétaz avait confié que son plus beau souvenir était la rencontre d’Europa League qu’il avait disputé avec le Lausanne-Sport contre le CSKA Moscou. «C’était incroyable, le plus beau moment de ma carrière. On avait réalisé une saison assez fantastique avec le LS, notamment en jouant la finale de la Coupe de Suisse. Ce qui nous avait permis de nous qualifier en Europa League alors qu’on était en Challenge League. On ne s’en rend pas toujours compte, mais en Coupe de Suisse, cela peut aller très vite. C’est l’histoire de six matches pour décrocher le titre.»

Imaginait-il alors que, six mois plus tard, Yverdon Sport se qualifierait pour les demi-finales de la Coupe de Suisse? «Si je l’ai dit, c’est que j’y pensais, souriait-il mardi soir, à l’issue du quart de finale remporté 1-0 face à ce même LS. On a réalisé un premier exploit contre Zurich, puis encore un contre Lausanne, et il ne nous en reste désormais plus qu’un pour aller au bout…»

Cette victoire contre son ancienne formation avait logiquement une saveur particulière pour le défenseur d’YS, tout comme pour les quelques Verts passés par le club de la capitale vaudoise: «Il y avait un petit surplus de motivation et on a essayé de le transmettre à nos coéquipiers sur le terrain. On affrontait des Lausannois en plein doute et on a voulait, dès le début, qu’ils restent dans cet état d’esprit pour éviter qu’ils prennent confiance. Et on l’a bien fait.»

 

«Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont pu disputer une demi-finale de Coupe de Suisse. C’est vraiment quelque chose de grand, pour toute l’équipe, pour le club, mais aussi pour la ville!» Sead Hajrovic, défenseur d’YS

 

De quoi s’offrir la tête d’une deuxième formation de Super League pour les Yverdonnois, après un huitième de finale d’anthologie, remporté au bout d’une séance de tirs au but dantesque contre Zurich en octobre dernier. «C’est incroyable, et ça fait tellement plaisir de voir autant de monde au stade, lâchait le capitaine William Le Pogam entre deux demandes de selfies de jeunes spectateurs. Sortir deux équipes de Super League, même si on reçoit, qu’on est chez nous, il faut le faire. C’est quelque chose de merveilleux, de fantastique.»

Et comme écrit en capitales sur l’une des banderoles déployées par les ultras yverdonnois, «l’histoire continue» pour les Verts en Coupe, avec une place en demies tout sauf anecdotique pour le défenseur Sead Hajrovic: «Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont pu disputer une demi-finale de Coupe de Suisse. C’est vraiment quelque chose de grand, pour toute l’équipe, pour le club, mais aussi pour la ville! Et maintenant, on peut se relaxer à la maison en regardant les autres quarts et les équipes qu’on va peut-être affronter.»

Si celui qui avait été sacré champion du monde avec la Suisse M17 en 2009 assure ne pas avoir de préférence quant à la formation qu’YS défiera en demies, un point lui importe en revanche : «Qu’on joue à Yverdon. Pour moi, c’est la meilleure chose d’évoluer ici à la maison. Surtout quand il y a du monde comme aujourd’hui. Il y avait vraiment beaucoup de gens (ndlr: 3400 spectateurs), je n’étais pas prêt pour ça! Alors j’espère qu’on pourra leur faire encore un petit cadeau en demi-finales.»

Muriel Ambühl