Logo

Chez les Ievolo, on se retrousse les manches en famille

22 octobre 2020

Alternative Cars, c’est avant tout l’histoire d’une famille de la région. Et une histoire américaine un peu, aussi.

 

Trente: c’est le nombre de bougies que soufflera l’entreprise familiale Alternative Cars SA l’année prochaine. Cependant, l’aventure a débuté bien avant, lorsqu’Antonio Ievolo arrive en Suisse à l’âge de 20 ans. Le jeune homme avait alors deux emplois: l’un dans un garage agricole, et l’autre à la station-essence Agip, à Yverdon-les-Bains, dont il a reprend la gérance quelques années plus tard avec son épouse Marguerite. Le couple acquiert ensuite la station Migrol, à l’avenue de Grandson 43, baptisée Garage Ievolo SA.

Les trois enfants des Ievolo se joindront bientôt à l’aventure: Claude, après son apprentissage de peintre sur automobiles, rejoint l’entreprise pour y faire de la mécanique et de la vente. Il est suivi de ses deux sœurs, Janique et Sandra. «J’ai commencé à travailler pour le garage lorsque j’avais 20 ans, relate Janique. Certains de nos collaborateurs, qui sont là depuis la station Agip, comptent vingt-ans de boîte. Le personnel est très fidèle.»

Dans les années 1990 se présente l’opportunité d’acquérir le terrain voisin, à l’avenue de Grandson 72. En 2011, lorsqu’Antonio cesse ses activités, le garage Ievolo fusionne avec son voisin sous le même nom d’Alternative Cars SA.

Claude, Janique et Sandra assurent dès lors la relève:«Nous avons repris le flambeau après la retraite de nos parents, explique Janique Ievolo. Mais ils continuent à venir au garage presque tous les jours!» Comme quoi, il n’est jamais facile de couper le cordon.

 

«Une idée américaine pour vendre des voitures espagnoles!»

 

 

«Alternative Cars», le nom convient définitivement bien à notre temps, à l’heure où les moteurs à propulsion se diversifient, de l’électrique à l’hybride. Et pourtant, l’idée ne partait pas exactement de ces nouveaux moteurs lorsqu’Antonio s’apprête à ouvrir son nouveau garage à l’avenue de Grandson 72, dans les années 1990.

C’est au cours d’un voyage en Floride qu’il est frappé par un garage nommé «Alternative Cars,» de l’autre côté de l’Atlantique. «Voir cette alignée de belles voitures américaines, cela lui a donné des idées!», glisse sa fille Janique.

En effet, outre ce nom aux consonances modernes, Antonio décide de rapporter avec lui dans son propre établissement la marque Chrysler, très répandue chez les Américains. «Comme il y’en avait encore peu en Suisse à l’époque, il s’est dit que ce serait une sorte de voiture… alternative», sourit Janique Ievolo.

Outre Chrysler, dont il n’est plus agent depuis quelques années, Alternative Cars SA représente les marques Seat et Hyundai. Un des collaborateurs du garage s’amuse: «En fait, Antonio a utilisé une idée américaine pour vendre des voitures espagnoles!» Seat, espagnol à la base, fait désormais partie du groupe allemand VW. «Un grand mix, ce monde automobile», ajoute Janique. A l’heure actuelle, le garage porte son nom mieux que jamais: dans les deux marques représentées, toutes les alternatives de modes de propulsion sont disponibles.

Marine Brunner