Logo

Cinq à la suite pour Anthony Braizat

1 mai 2017 | Edition N°1986

Football – 1re ligue – Sous l’ère de son nouvel entraîneur, Yverdon Sport s’est encore imposé samedi contre Lancy (2-0). La victoire a été acquise en toute fin de match grâce Cazzaniga et Eleouet.

A la fin, c’est toujours Yverdon Sport qui s’impose. ©Champi

A la fin, c’est toujours Yverdon Sport qui s’impose.

Quand Anthony Braizat a repris le club en mars dernier, Yverdon Sport était 3e du classement, derrière Stade-Lausanne-Ouchy et Lancy. Depuis, il a pris le meilleur sur les Lausannois et, samedi dernier au Stade Municipal, sur les Genevois, en plus des trois autres victoire qu’il a obtenues.

Satisfait du résultat (ndlr : une victoire 2-0) acquis dans les toutes dernières minutes, l’entraîneur n’était néanmoins pas totalement serein quant à la manière : «Même si on est solides en défense, et qu’on vient de remporter notre cinquième victoire de rang, on n’était pas bien dans le jeu, notamment en première mi-temps. Cette victoire cache encore des lacunes. Il nous faudra encore progresser dans beaucoup de domaines pour parvenir au top lors des finales.»

Les deux équipes se sont, effectivement, montrées timides lors de la période initiale. Si elles ont démontré de belles qualités techniques, elles ne se sont pas crées de véritables occasions et ont laissé le public sur sa faim. Yverdon n’est jamais parvenu à passer la vitesse supérieure face à un adversaire qui a repris des couleurs après un début de second tour difficile. Certes, on a vu Moussilou se faire sérieusement bousculer dans la surface (23e) sans que l’arbitre n’intervienne, alors qu’il partait au but. Ou encore Gudit s’enfoncer dans la défense (27e) , après avoir récupéré la balle à mi-terrain et adressé un joli centre à Deschenaux, surpris en position de hors-jeu. Et enfin, un puissant tir de De Pierro, qui a bien repris le ballon sur un coup-franc de Gudit (42e) pour manquer de peu la cible. Mais ce fut tout pour les 45 premières minutes.

 

De mieux en mieux

 

Les hommes d’Anthony Braizat se sont montrés plus déterminés après la pause, dominant un Lancy qui s’est surtout appliqué à préserver le match nul. Un point qu’il n’a donc pas obtenu, même si Yverdon a dû attendre la 86e minute pour ouvrir la marque sur un superbe tir plongeant de Cazzaniga, bien servi par Chappuis. Eleouet a aussi trompé le gardien Munda en cadrant parfaitement son envoi dans le temps supplémentaire. L’ailier, entré en jeu à la 53e, s’est mis plusieurs fois en évidence, provoquant notamment trois corners sur ses déboulés côté droit.

L’essentiel est acquis Quant à Gilberto Reis, il a tenu son couloir de façon exemplaire, tant derrière que devant, toujours à son affaire, adressant des passes parfaites et dominant tous ses adversaires.

«On était physiquement mieux qu’eux, soulignait-il après la victoire, entouré d’une vingtaine de jeunes du club. Nos buts sont arrivés tard, mais l’essentiel, c’est qu’ils sont arrivés, car on a nettement dominé la seconde mi-temps».

 

Yverdon – Lanvy 2-0 (0-0)

 
Buts : 86e Cazzaniga 1-0 ; 91e Eleouet 2-0.

Yverdon : Brenet ; Reis, De Pierro, Dia, Cazzaniga ; Gudit (88e Schertenleib), Rossé, Chappuis ; Deschenaux (74e Challandes), Moussilou, Khelifi (53e Eleouet). Entraîneur : Anthony Braizat.

Lancy : Munda ; Beuchat (72e Visentini), Aïachi, Ravet (52e Correia), Pedretti ; Rodrigues, Barroso, Haliti ; Iyeti, Dugourd (62e Ntongo), Vuzi. Entraîneur : Jean-Michel Aeby.

Notes : Stade Municipal, 392 spectateurs. Arbitrage de Markus Scherb, qui avertit Iyeti (16e), Vuzy (44e) et Barroso (47e), les trois pour jeu dur.

Enregistrer

Roger Juillerat