Logo
Clendy-Dessous: évacuation exigée par les propriétaires
© Michel Duperrex

Clendy-Dessous: évacuation exigée par les propriétaires

16 novembre 2021

Le Tribunal d’arrondissement du Nord vaudois a entendu mardi l’avocat des occupants du quartier de Clendy-Dessous à Yverdon et celui des propriétaires des parcelles concernées. Une décision sur l’éventuelle évacuation du site sera connue dans les prochains jours.

Aucun des activistes, qui occupent les lieux depuis le 16 octobre pour protester contre un projet immobilier, n’a en revanche été entendu. Ceux-ci ont en effet refusé de décliner leur identité rendant impossible, selon la juge, leur audition.

C’est donc leur avocat, Frédéric Isler, qui s’est chargé seul de défendre leur cause. Il a notamment estimé que les conditions n’étaient pas remplies pour demander des mesures provisionnelles, qui déboucheraient ensuite sur une évacuation forcée.

Selon Me Isler, il n’y a pas d’urgence à agir. Les propriétaires ne subissent pas, selon lui, « un préjudice difficilement réparable », sachant que leurs logements étaient vides avant l’arrivée des activistes et qu’ils seront ensuite démolis.

Appelant au calme, Me Isler a expliqué que ses clients étaient toujours prêts à « tendre la main » aux propriétaires, pour conclure par exemple « un contrat de confiance ».

« Rétablir l’ordre »

Dans le camp adverse, Me Daniel Guignard a estimé que l’atteinte pour les propriétaires était « établie ». Il a souligné que ses clients pourraient être pénalisés si le projet immobilier devait être retardé.

« Le droit de propriété est bafoué », a lancé Me Guignard, demandant à la juge de « rétablir l’ordre juridique à Clendy-Dessous ». Il a exigé une évacuation rapide. Celle-ci pourrait toutefois laisser un délai de « quelques jours » aux occupants, sans quoi la police devrait intervenir, a-t-il ajouté.

La décision de la présidente du tribunal n’est pas encore connue. Son ordonnance parviendra aux parties « dans les meilleurs délais », a-t-elle dit en clôture d’audience.

A noter qu’une poignée d’activistes a assisté à l’audience. A l’extérieur du tribunal, ils ont été une cinquantaine à se réunir pour soutenir les occupants de Clendy-Dessous. Ils ont déployé des banderoles, organisé un pique-nique et entonné des chansons.

Tim Guillemin