Logo

Des dizaines de vaches périssent dans les flammes

27 décembre 2013

Un terrible incendie a entièrement ravagé, à la veille de Noël, une étable, en plein de coeur du village de Chavornay.

L’intervention d’une soixantaine de pompiers venus de toute la région n’a pas empêché l’incendie de détruire complètement l’étable.

L’intervention d’une soixantaine de pompiers venus de toute la région n’a pas empêché l’incendie de détruire complètement l’étable.

Pour une famille d’agriculteurs de Chavornay, ce Noël n’a été que larmes et tristesse. Dans l’après-midi du 24 décembre, peu après 15 heures, un incendie s’est déclaré dans leur étable, où se trouvaient plusieurs dizaines de vaches. Arrivé immédiatement sur place, avant même les pompiers, le syndic Christian Künze n’a pu que constater l’ampleur du sinistre : «Les gens n’avaient pu sortir que quelques bêtes. Le brasier était tel qu’il leur était impossible de retourner à l’intérieur. On entendait les animaux hurler, c’était très dur.» Au total, une cinquantaine de vaches ont péri dans l’incendie. Et, sur les quelques bêtes qui ont été extirpées du bâtiment, plusieurs, grièvement brûlées, ont dû être euthanasiées par un vétérinaire.

«Une vie qui part en fumée»

Le brasier dans l’étable, avec de nombreuses poutres en bois et remplie de fourrage, était dantesque.

Le brasier dans l’étable, avec de nombreuses poutres en bois et remplie de fourrage, était dantesque.

«C’est une vie entière de labeur qui part en fumée», soufflait, les larmes aux yeux, l’un des propriétaires. Certains membres de la famille, extrêmement choqués, ont été pris en charge par un collaborateur de l’équipe de soutien d’urgence qui a été appelé sur place. Heureusement, il n’y a eu aucun blessé à déplorer.

Cet incendie, en plein coeur du village, juste derrière la gare, a nécessité une importante mobilisation, afin d’éviter que le feu ne se propage à d’autres habitations. Pas moins de soixante pompiers et seize véhicules, des Services de défense incendie et de secours (SDIS) de la plaine de l’Orbe et du Nord vaudois, ont été engagés. Sont également intervenus le Service de protection et de sauvetage de Lausanne, deux ambulances, un véhicule du SMUR, huit agents de la Gendarmerie mobile et territoriale, quatre collaborateurs du Soutien sanitaire opérationnel (SSO), un inspecteur de l’ECA, un vétérinaire, un garde faune.

Seules quelques vaches ont pu être extraites des flammes. Certaines ont dû être euthanasiées.

Seules quelques vaches ont pu être extraites des flammes. Certaines ont dû être euthanasiées.

Malgré l’importance des moyens engagés, l’étable a été entièrement détruite. «Elle était remplie de fourrage… relevait sur place un des sauveteurs. Le fort vent n’a pas aidé.» Un logement attenant au rural a également été passablement endommagé et ses occupants relogés chez des voisins. L’incendie maîtrisé, les pompiers ont passé la soirée du 24 décembre à sécuriser le site.

Le lendemain, ils devaient, cependant, à nouveau intervenir, le feu étant reparti. Hier, le périmètre était toujours interdit d’accès, des travaux pour sortir les cadavres des animaux calcinés étant en cours.

«Il est encore trop tôt pour connaître les causes du sinistre », relève Stéphane Birrer, responsable presse de la Police cantonale vaudoise. Des investigations sont menées, sous la conduite du procureur, par le service de l’Identité judiciaire et par les spécialistes du Goupe incendie de la Police de sûreté.

Yan Pauchard