Logo

Des élèves de l’Opti s’engagent pour le Burkina Faso

10 mars 2016 | Edition N°1699

Yverdon-les-Bains – Une classe a réalisé, dans le cadre de ses cours de travaux manuels, des objets en bois pour les enfants de ce pays d’Afrique souffrant du noma ou de problèmes orthopédiques.

Les élèves de la classe avec à leur g.: Pauline Héritier, doyenne du site yverdonnois de l’Opti et Léna Tanner, enseignante de l’Opti; Antoinette Campeglia (à dr.) et Sylviane Collomb (3e depuis la dr.) représentent l’association Ensemble pour Eux, qui amènera les objets (en médaillon) au Burkina Faso. © Carole Alkabes

Les élèves de la classe avec à leur g.: Pauline Héritier, doyenne du site yverdonnois de l’Opti et Léna Tanner, enseignante de l’Opti; Antoinette Campeglia (à dr.) et Sylviane Collomb (3e depuis la dr.) représentent l’association Ensemble pour Eux, qui amènera les objets (en médaillon) au Burkina Faso.

Léna Tanner, enseignante en travaux manuels au sein de l’Organisme pour le perfectionnement scolaire, la transition et l’insertion professionelle (Opti), en avait assez de réaliser, chaque année, des objets destinés à «finir à la poubelle». Alors, elle a souhaité mettre le potentiel créatif de sa douzaine de protégés au service des enfants du Burkina Faso touchés par le noma -une forme de gangrène de la bouche- ou par de graves problèmes orthopédiques.

Deux représentantes de l’association Ensemble pour Eux, basée à Granges-Marnand (lire ci-dessous), sont venues, hier au collège de Fontenay, à Yverdon-les-Bains, récupérer les créations des élèves de l’Opti découlant de cette initiative. L’organisation prendra dans ses bagages ces mémorys, puzzles et autres jeux en bois lors de ses prochaines missions dans ce pays d’Afrique. De quoi rendre le temps moins long avant l’opération et atténuer les douleurs pouvant survenir après cette dernière pour les jeunes patients burkinabés.

«En 2001, lors de ma première mission avec Sentinelles, une autre bénévole -enseignante à la retraite- a mis en place des animations comme un tournoi de baby-foot. C’était la cerise sur le gâteau. Les gens retrouvaient la joie de vivre», explique Sylviane Collomb, l’une des chevilles ouvrières de l’association Ensemble pour Eux.

Pas que pour jouer

Les pièces en bois fabriquées par la classe de l’Opti n’ont, cependant, pas toutes une vocation ludique. Certaines apportent un regain de confort. Des chaises permettront, ainsi, aux enfants plâtrés d’être assis à même le sol avec le dos appuyé.

Après plusieurs échanges avec l’association bénéficiaire pour cibler les besoins et une présentation effectuée par cette dernière l’automne passé, les élèves de l’Opti ont pu réfléchir à l’objet «utile et transportable» qu’ils souhaiteraient créer. Treize fois quatre périodes de cours leur ont permis de passer du dessin à la réalisation.

Ce projet pionnier semble avoir contenté les différentes parties. Léna Tanner souligne la plus grande implication des élèves et Pauline Héritier, la doyenne de l’Opti Yverdon, relève la pertinence de l’exercice avec ce type de public. «Il s’agit de la classe du secteur appui en orientation et soutien scolaire (SAS), dont les élèves sont en difficulté scolaire. L’expérience a porté ses fruits puisque certains d’entre eux ont décidé d’effectuer leur travail personnel sur le Burkina Faso», précise-t-elle.

Quant aux jeunes concepteurs, ils se félicitent de l’utilité de leur travail. «On a fait cela pour les enfants», déclare, par exemple, Panche. «D’habitude, quand on fait des objets en bois, on ne les utilise pas trop. Là, ils ne vont pas servir à rien», abonde la jeune Giorkiria.

«Nous sommes fiers de vous et de votre démarche. Vous allez faire des heureux», a, pour sa part, commenté Sylviane Collomb, qui peinait à contenir son émotion, avant de signaler aux élèves qu’ils recevraient des photos à l’issue de la prochaine mission, programmée fin avril-début mai.

Reportage ce soir à 19h sur MaxTV. A voir aussi sous la rubrique vidéo du site de La Région Nord vaudois.

 

L’association Ensemble pour Eux oeuvre depuis dix ans en Afrique

Un pendant de l’Hymne aux enfants

L’association humanitaire Ensemble pour Eux apporte son soutien en matière de soins et d’animation aux missions chirurgicales, principalement au Burkina Faso. Sylviane Collomb est une collaboratrice de la première heure de cette structure née il y a presque dix ans à Granges- Marnand. «J’ai rejoint l’Hymne aux enfants, à Chavannes-le- Chêne, en 1995. Une réorganisation a eu lieu en 2006. Elle a débouché sur la création de l’association Ensemble pour Eux. Nous collaborons avec l’Hymne aux enfants, qui s’occupe, entre autres, du traitement de cancers et d’évacuations sanitaires», explique celle qui officie comme responsable des soins pour le compte de l’organisation Ensemble pour Eux. «Nous effectuons une dizaine de missions par année, dans lesquelles huit personnes -animateurs et infirmiers- sont engagées. Nous pouvons compter, au total, sur 70 à 80 bénévoles», précise une Sylviane Collomb consternée par la situation au Burkina Faso. «90% de la population qui vit en brousse n’est pas scolarisée et n’a pas accès aux soins. On a l’impression que rien n’avance.»

Ludovic Pillonel