Logo

Des hot dogs mitonnés avec le cœur

22 octobre 2018 | Edition N°2357

Un jeune restaurateur a monté un stand caritatif de sandwiches chauds, samedi, pour écouler des invendus tout en soutenant une association locale.

Rien ne se perdra. Telle est la devise de Jonathan Saber, jeune gérant du restaurant Oh My!, à Yverdon-les-Bains, rencontré samedi sur son stand de hot dogs à la promenade Auguste-Fallet. Cette vision, le chef de 23 ans l’a mise à profit pour l’Association des cartons et jardins du cœur, après un mauvais calcul de marchandise lors de la Fête des vendanges de Neuchâtel, qui s’est déroulée du 28 septembre au 1er octobre. Enthousiaste, il avait prévu, pour sa première participation, de vendre 1500 hot dogs lors de cette grande manifestation. C’était sans compter les commerçants habitués de la fête qui ont capté la clientèle.

Jonathan Saber, gérant du restaurant Oh My!, et Jean-Pierre Masclet, président de l’Association des cartons et jardins du cœur. © Michel Duperrex

Jonathan Saber, gérant du restaurant Oh My!, et Jean-Pierre Masclet, président de l’Association des cartons et jardins du cœur. © Michel Duperrex

Près de 1250 pains et autant de saucisses n’ont malheureusement pas trouvé de ventres à rassasier. Jonathan Saber a alors décidé de monter un stand, samedi, pour écouler une partie de la marchandise – le reste a été distribué – et faire profiter les Cartons du cœur des bénéfices. «C’est la première fois qu’un particulier nous contacte pour nous soutenir et qu’il organise la manifestation de A à Z. Cela nous a fait réellement plaisir qu’un jeune soit aussi investi. Car il a non seulement donné mais aussi travaillé», soulignait Jean-Pierre Masclet, président de l’Association des cartons et jardins du cœur, qui offre une aide aux personnes démunies de la région d’Yverdon-les-Bains.

Sur le stand, samedi, en plus d’une odeur de pain et de saucisses grillés, quatre bénévoles se sont chargés de préparer ces sandwiches chauds. Ceux-ci étaient vendus 2,10 francs, soit le prix de la matière première. Libre ensuite aux clients de majorer cette somme afin d’en faire profiter l’association, ce qu’ils ont été nombreux à faire en arrondissant le montant à 5 francs. Dans le cas contraire, le jeune restaurateur reversait 2,90 francs de sa poche à l’institution. Au final, il a pu donner 320 francs. «Cette opération à perte est finalement un grand gain», commentait-il, soucieux de sensibiliser les jeunes à l’entraide et au problème du gaspillage alimentaire.

Chloé Ravey

Rédaction