Logo

Des joyaux du patrimoine régional étaient à la fête

12 septembre 2016 | Edition N°1826

Yverdon-les-Bains – Les autorités yverdonnoises ont inauguré samedi le Théâtre Benno Besson rénové. Associé à la fête, le public a aussi pu découvrir d’autres joyaux du patrimoine du Nord vaudois.

La Municipalité in corpore au Théâtre Benno Besson : Marc-André Burkhard, Jean-Claude Ruchet, Pierre Dessemontet, le syndic Jean-Daniel Carrard, Gloria Capt, Carmen Tanner et Valérie Jaggi Wepf. ©Carole Alkabes

La Municipalité in corpore au Théâtre Benno Besson : Marc-André Burkhard, Jean-Claude Ruchet, Pierre Dessemontet, le syndic Jean-Daniel Carrard, Gloria Capt, Carmen Tanner et Valérie Jaggi Wepf.

Les Journées du patrimoine ont été un moment bien choisi par la Municipalité d’Yverdon-les-Bains pour inaugurer l’un des joyaux de la ville, le Théâtre Benno Besson, lors d’une manifestation publique qui n’a pas réuni autant de monde que prévu. Mais la fête a été belle et tous ceux qui voulaient découvrir l’édifice et ses coulisses ont eu l’occasion de le faire.

Le directeur des lieux, Thierry Luisier, a revêtu le costume d’apparat, et d’époque, pour rappeler dans quelles circonstances cet bâtiment a été érigé à la fin du 19e siècle, sur l’exemple du Casino de Monte-Carlo. Petite ville de 8000 habitants, Yverdon rêvait, déjà, de jouer parmi les grands. Et de souligner les différentes activités culturelles et sociales organisées dès 1898 dans cette salle qui se louait, et qui accueillait aussi bien des troupes de théâtre que des bals.

L’Orchestre d’Yverdon-les-Bains, dirigée par Christian Delafontaine, a animé l’inauguration depuis le kiosque à musique. ©Carole Alkabes

L’Orchestre d’Yverdon-les-Bains, dirigée par Christian Delafontaine, a animé l’inauguration depuis le kiosque à musique.

«Un véritable défi sur le plan technologique», a relevé dans son intervention le syndic Jean-Daniel Carrard, à l’heure d’évoquer les multiples problèmes posés par la rénovation. Malgré les nombreuses difficultés, le jeu en valait la chandelle !», a souligné le chef de l’Exécutif, relevant encore que «l’enveloppe était à la hauteur de ce qui est présenté l’intérieur».

Municipale en charge de l’urbanisme et des bâtiments, Gloria Capt a elle aussi rappelé qu’un «chantier d’une telle envergure n’est pas un long fleuve tranquille». Mais le résultat est remarquable, malgré l’important dépassement du budget (2 millions). Un accord a déjà été trouvé avec le bureau d’architectes mandaté. Les représentants municipaux ont manifesté une volonté de transparence, mais aussi souligné la plus-value qu’apporte une telle opération à la ville, tout en renforçant la place du Théâtre Benno Besson.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Isidore Raposo