Logo

Djibril Cissé marque son territoire

17 juillet 2017 | Edition N°2039

Football – amical – L’attaquant français a marqué trois fois, dont deux sur penalty, pour son premier match sous les couleurs d’Yverdon Sport, samedi à Fribourg. Un départ idéal pour un homme qui en veut.

Au duel, on ne la fait pas à Djibril Cissé. ©Michel Duvoisin

Au duel, on ne la fait pas à Djibril Cissé.

Il s’est pris la tête à deux mains lorsqu’il a manqué d’envoyer David Marazzi affronter seul le dernier rempart fribourgeois. Il a imploré le ciel de Saint-Léonard en ratant une ouverture à trente mètres pour créer le surnombre dans l’arrière- garde adverse. Il s’est emporté lorsque Dylan Tavares, son coéquipier, s’est méchamment fait taclé dans la surface, sous ses yeux. Pas de doute, Djibril Cissé est encore un joueur de football, un vrai. Ce qui lui a, d’ailleurs, valu quelques remises à l’ordre de la part d’Anthony Braizat, son entraîneur. Ce ne sont que des signes ? Peut-être, mais, à côté de ça, la star française a également marqué trois fois, le tout durant les quarante premières minutes de la rencontre qui opposait Yverdon Sport à Fribourg, samedi. De quoi faire taire les mauvaises langues associant son arrivée uniquement à un gros coup marketing.

Il ne faut pas s’y tromper, les défenseurs que croisera l’ancien buteur de Liverpool à partir du 2 août en Promotion League seront autrement plus disciplinés que ceux du FC Fribourg (1re ligue), qui entamaient leur préparation. Mais Djibril Cissé en est parfaitement conscient : partout où il va, il est attendu, même lors des matches amicaux (une centaine de personnes étaient présentes à Saint-Léonard, principalement pour le voir jouer). Ce qui ne l’a pas empêché de botter deux penaltys imparables pour le gardien adverse, et de reprendre victorieusement, de la tête et en toute décontraction, un centre de l’excellent Gilberto Reis. Trois réussites en 37 minutes et une sortie, le sens du devoir accompli, à la mi-temps. La nouvelle vedette d’YS n’est pas passée à côté de sa première sous ses nouvelles couleurs. Voilà son territoire marqué.

 

Immense potentiel offensif

 

A moins de trois semaines de la reprise, Yverdon semble posséder un potentiel offensif à en faire frémir les arrière-gardes du troisième échelon national. Derrière l’ex-international français, que ses coéquipiers cherchent à démarquer autant que possible, le duo Eleouet-Rushenguziminega (ailier droit et attaquant de soutien) a probablement marqué des points en première période. Si les deux hommes jouent de la sorte en championnat, la star tricolore risque bien d’être mise dans les meilleures conditions pour briller sans même avoir à forcer son talent. D’autant plus que Yanis Lahiouel (arrivé de Bavois et dont l’élégance et la pertinence dans la création offensive ne sont plus à prouver), et Brice Ngindu (Stade- Lausanne-Ouchy) -entrés poste pour poste à la pause- ont également montré de belles aptitudes.

 

Serein derrière

 

S’il faudra confirmer face à La Sarraz-Eclépens (mercredi), Bavois (samedi) et Sion II (le mercredi suivant), lors d’une préparation qui monte crescendo au niveau de l’intensité, et qu’il est encore bien trop tôt pour se prononcer, YS semble bel et bien avoir plus qu’un rôle de second couteau à faire valoir lors de l’exercice à venir. Et si les performances des Nord-Vaudois pourraient bien reposer sur leur capacité à se montrer solides défensivement en attendant que Djibril Cissé et compagnie fassent la différence devant, la performance du jeune Dylan Tavares (latéral gauche, 20 ans, pas encore sous contrat) et du reste de l’arrière-garde est plus qu’encourageante dans ce sens. La machine yverdonnoise se met en place.

 

Fribourg – Yverdon Sport 0-4 (0-3)

 

Buts : 3e, pen, 10e, 40e, pen, Cissé 0-3 ; 79e Lahiouel 0-4.

Yverdon : Da Silva ; Tavares, Dia, De Pierro, Reis, Chappuis, Lusuena ; Marazzi, Rushenguziminega, Eleouet ; Cissé. Sont entrés : Zwahlen, Cazzaniga, Deschenaux, Gudit, Lahiouel, Ngindu, Rochat, Rossé. Entraîneur : Anthony Braizat.

Notes : Stade universitaire de Saint-Léonard, Fribourg, 100 spectateurs.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Florian Vaney