Logo

Double cambriolage au Denner

15 décembre 2014

En une semaine, le magasin d’Onnens a été cambriolé à deux reprises. Les malfaiteurs du second vol ont été interceptés lors d’un contrôle à Grandson, mais rapidement relaxés. Au grand dam du gérant.

Situé au bord de la route cantonale Yverdon-Neuchâtel, le magasin Denner d’Onnens est souvent la cible des voleurs, malgré la présence d’appartements situés au 1er étage du bâtiment. © Roger Juillerat

Situé au bord de la route cantonale Yverdon-Neuchâtel, le magasin Denner d’Onnens est souvent la cible des voleurs, malgré la présence d’appartements situés au 1er étage du bâtiment.

Au bord de la route cantonale, à l’entrée du village, le satellite Denner d’Onnens est une cible souvent visée par les cambrioleurs. «En vingt-quatre ans, nous avons été dévalisés une cinquantaine de fois pour un total de 150 000 francs de marchandises volés, s’indigne le gérant André Favre. Mais là, ils ont fait fort puisque nous avons subi un premier vol par effraction dans la nuit du 27 au 28 novembre, et quatre ressortissants roumains ont remis ça vendredi dernier, le 5 décembre, directement à l’étalage, où ma vendeuse n’a rien pu faire alors qu’elle était toute seule dans le commerce.»

Butin envolé

«La première fois, après avoir cassé une vitrine, les malfaiteurs sont partis avec des dizaines de cartouches de cigarettes, et la deuxième fois avec des alcools pour au moins 500 francs , du whisky, de la vodka , du champagne, etc., poursuit André Favre. Je n’en peux plus et je suis particulièrement déçu cette fois-ci, puisqu’on ne m’a pas redonné la marchandise du deuxième vol, alors que la police a réussi à intercepter les cambrioleurs dans un contrôle près de Grandson. À ce que je sais, ils (deux hommes et deux femmes) ont encore perpétré un autre vol dans un des Denner à Yverdon-les-Bains, et il y avait pour au moins mille francs dans leur coffre de voiture. Or, le juge qui s’est occupé de cette affaire les a libérés assez rapidement, et on m’a dit qu’ils sont même repartis en France, près de Lyon, avec toute la cargaison. C’est quand même incroyable! Et que fait donc la douane? Comment cela se passe-t-il quand nous, on rentre en Suisse avec une bouteille de trop? En tout cas, les gendarmes, eux, ont fait leur travail. Mais pour la suite de la procédure, je trouve que les magistrats sont beaucoup trop laxistes! Pourquoi n’est-on donc pas plus sévère?»

Le gérant du commerce, André Favre, montre le rayon où les bouteilles de spiritueux ont été prises lors du second vol, à l’étalage celui-là. © Roger Juillerat

Le gérant du commerce, André Favre, montre le rayon où les bouteilles de spiritueux ont été prises lors du second vol, à l’étalage celui-là.

Même s’il garde le moral, on le sent quand même découragé, André Favre, toujours au poste à 74 ans, et qui songe à remettre son commerce l’année prochaine . Il montre encore les vitres cassées qu’il a dû faire remplacer rapidement. Pour prendre les cigarettes après l’effraction de l’autre nuit, un des cambrioleurs a réussi à se pencher dans le magasin et passer les cartouches à celui qui, sans doute, l’accompagnait et était resté à l’extérieur.

Réparer les dégâts

«J’avais justement installé un système spécial pour éviter ces vols de cigarettes. J’ai aussi fait installer des barreaux aux endroits les plus exposés, mais je ne peux quand même pas en mettre partout, poursuit le gérant. Et une fois, ils n’avaient pas hésité à arracher les cylindres du garage qui donne sur le dépôt!» Après ce cambriolage, qui a eu lieu vers 3 heures du matin, André Favre a été appelé et il est resté jusqu’au matin dans son bureau du magasin. Avant de faire réparer les dégâts…

Roger Juillerat