Logo

D’un bout à l’autre de la Vallée

23 avril 2015

Cyclisme – Le Tour de Romandie débute ce mardi avec un contre-la-montre par équipes qui mènera les coureurs du Sentier à Juraparc, sur près de 20 km. L’accueil d’une telle manifestation est devenu une tradition, qui revient tous les cinq ou six ans, pilotée par un comité de plusieurs passionnés de sport.

C’est du Centre sportif, au Sentier, que les coureurs s’élanceront. Le site, cher à son directeur Thomas Waser, accuillera aussi les nombreux stands des partenaires du Tour de Romandie -un vrai petit village et ses animations-, ainsi qu’un écran géant pour suivre la course et le plateau de la RTS. © Michel Duperrex

C’est du Centre sportif, au Sentier, que les coureurs s’élanceront. Le site, cher à son directeur Thomas Waser, accuillera aussi les nombreux stands des partenaires du Tour de Romandie -un vrai petit village et ses animations-, ainsi qu’un écran géant pour suivre la course et le plateau de la RTS.

Ils sont amoureux du sport, pratiquent le vélo pour la plupart d’entre eux et ont des activités liées au tourisme. Les neuf membres du comité d’organisation de l’étape vallée de Joux – Juraparc du Tour de Romandie (TDR) sont, aussi, des récidivistes. Mardi, pour la trosième fois depuis 2004 (la deuxième, c’était en 2009), ils permettront à leur région d’accueillir le peloton de l’un des deux grands rendez-vous cyclistes du pays.

Les coureurs du Tour de Suisse (TDS) étaient, en effet, déjà arrivés deux fois au Mont d’Orzeires, sur la commune de Vallorbe, pour repartir le lendemain du Sentier. «On avait des contacts avec les organisateurs du TDS, se souvient Thomas Waser, le directeur du Centre sportif de la vallée de Joux et l’un des membres du comité d’organisation de l’étape. Et celui-ci est plus suivi en Suisse allemande, ce qui nous permettait d’être vus dans une région d’où, pour nous, proviennent beaucoup de touristes.»

Si les retombées sont difficiles à mesurer précisément, les organisateurs ont été à chaque fois ravis de l’expérience. Ils ont alors souhaité perpétuer ce qui est devenu une tradition, tous les cinq ou six ans, afin de promouvoir la région. Il s’agit là «de créer l’événement», comme le souligne Olivier Blanc, le propriétaire de Juraparc, dont l’établissement accueillera l’arrivée de la course, mardi. Le genre de coups qui permettent de raviver l’intérêt des potentiels visiteurs.

Cette fois, c’est le Tour de Romandie qui fera escale à la Vallée. Avec, et c’est une nouveauté sur le TDR, un contre- la-montre par équipes. «Ça tombe bien, cette année -et c’est un hasard-, car l’exercice est réintroduit au Tour de France. L’étape suscite ainsi d’autant plus d’intérêt de la part des équipes du circuit. Ils bénéficieront ainsi d’un bon test», se réjouit le boss du parc à bisons.

Des images, une image

Le public pourra se rendre à Juraparc, au Mont d’Orzeires, où se situera la ligne d’arrivée. Un superbe cadre pour accueillir les cyclistes au bout de leur effort. Le patron des lieux, Olivier Blanc, ne dira pas le contraire. © Michel Duperrex

Le public pourra se rendre à Juraparc, au Mont d’Orzeires, où se situera la ligne d’arrivée. Un superbe cadre pour accueillir les cyclistes au bout de leur effort. Le patron des lieux, Olivier Blanc, ne dira pas le contraire.

C’est que les organisateurs vallorbo-combiers voulaient absolument un chrono, afin de pouvoir bénéficier de la meilleure couverture télévisuelle possible (il y aura 1h30 de direct sur la RTS, les images sont diffusées dans 179 pays, et 40 chaînes couvrent le TDR en direct). Les contacts ont donc été pris en ce sens. «Si nous avions souhaité une étape en ligne, on l’aurait probablement obtenue une année plus tôt», révèle Thomas Waser.

Tous gardent aussi d’excellents souvenirs des éditions précédentes. «C’est une belle expérience que de voir comment une étape s’organise de l’intérieur», souligne Olivier Blanc. «On est proches des équipes, ajoute son acolyte. Le seul regret, c’est que ça passe trop vite!» «Oui, surtout après tant de travail, reprend le patron de Juraparc. J’avais été frappé par la logistique. Le matin, il n’y a rien, puis un village se construit pour midi, et, le soir, tout est déjà parti dans des dizaines de camions.»

Les organisateurs de l’étape veulent avant transmettre l’image d’une région dynamique, de nature, et qui se prête au sport. Certains d’entre eux le font aussi via une série de manifestations comme le Slow-Up, le Xterra ou les Hockeyades. «Et on espère accueillir un contre-la-montre individuel dans quatre ou cinq ans», osent Olivier Blanc et Thomas Waser, décidés à poursuivre sur leur lancée, à «créer l’événement».

 

 

Informations pratiques

Accès et circulation

Restrictions de circulation signalées pour le col du Mollendruz (12h30-18h), du Pétra-Félix (12h30-18h), et depuis Vallorbe (8h- 21h). Accès libre: Marchairuz, Bois d’Amont, Mouthe. Le train circulera normalement entre Vallorbe et Le Brassus. Fermeture complète de la zone de départ de 8h à 19h. La Grand-Rue du Sentier sera fermée à toute circulation dès 8h, depuis le carrefour de la pharmacie Rochat jusqu’à celui de l’Essor compris. 13h: fermeture du parcours (Le Sentier, Le Brassus, L’Orient, Les Bioux, L’Abbaye, Le Pont, Juraparc), jusqu’à 18h environ.

Horaires de la manifestation (mardi 28 avril)

12h-13h: présentation des équipes au Centre sportif.

13h45-14h45: reconnaissance officielle du parcours par les coureurs.

14h45: passage sur le parcours de la caravane publicitaire.

15h15: départ de la première équipe (ensuite toutes les cinq minutes).

17h29: arrivée de la dernière équipe à Juraparc.

Sur place

Départ: donné à côté du Centre sportif de la vallée de Joux, au Sentier (présence d’un écran géant et de nombreux stands et animations). Un parking populaire est prévu en épi, le long de la route des Amoureux, à L’Orient. Suivre la signalisation.

Arrivée: située sur la ligne droite à Juraparc. Fermeture com-plète de la zone 8h à 21h. Route fermée depuis Vallorbe dès 8h, accès uniquement pour le public (parking).

Manuel Gremion