Logo

Elfic et Zali ratent la passe de cinq

3 février 2020 | Edition N°2675

Les Fribourgeoises ont été dominées par Winterthour (66-60) au terme d’une partie indécise de bout en bout.

Premier trophée national à être rendu cette saison, la SBL Cup a livré son verdict, hier à Clarens. Du côté féminin, Winterthour a mis fin à l’hégémonie d’Elfic Fribourg dans cette compétition. Quadruples détentrices du titre, Tiffanie Zali et ses coéquipières se sont en effet inclinées 66-60 contre une formation avec laquelle elles partagent actuellement la tête du classement en championnat, mais qui les avait sèchement battues 75-54 voici trois semaines.

Débutant dans le cinq de base des Elfes, Tiffanie Zali a évolué au total durant près de 29 minutes sur le parquet, pour un 1/4 à deux points, 1/3 à trois points et 3 rebonds. Un temps de jeu plus qu’intéressant pour une joueuse qui, selon l’entraîneur-adjoint José Romay (ex-entraîneur de l’équipe masculine yverdonnoise) «a fait de superbes matches depuis quelques semaines». Et de poursuivre: «La faire évoluer d’entrée de jeu a aussi pour but qu’elle garde l’assurance emmagasinée. Elle a d’ailleurs encore une fois parfaitement justifié la confiance placée en elle dans la prestation qu’elle a accomplie contre Winterthour.»

Des efforts qui se sont payés

Au terme d’un match tendu et plein de rebondissements, la jeune Tapa-Sabllia, déchue de son titre, se confiait sur les raisons de cet échec: «Nous avons débuté difficilement et nous avons dû courir après le score pratiquement tout au long du match. Dans de tels cas, il est toujours plus compliqué de passer devant puis de creuser un écart. Nous avons sans doute payé ces efforts sur la fin.» Avant d’ajouter: «Nous avions un plan et des règles, notamment de ne pas les laisser shooter. Cela n’a pas été suivi à la lettre. Et les Zurichoises ont su jouer juste sur nous, notamment en nous attaquant beaucoup en un contre un, ce que nous n’avons pas su faire de notre côté.»

Une joueuse s’est particulièrement mise en évidence dans cet exercice: l’Américaine de Winterthour Kolby Morgan, auteure d’une prestation majuscule avec 27 points inscrits.

«Je félicite nos adversaires pour leur très belle prestation collective. Je n’ai ni explication ni excuse quant à notre mauvais début de match. Nous nous étions très bien préparés durant les deux dernières semaines, mais nous sommes entrés dans la partie sans âme, en jouant comme des robots, regrettait le coach fribourgeois Jean Callewaert. On a montré une belle réaction par la suite, même si, au final, cela n’a servi à rien. Le basket c’est beaucoup dans la tête, plus encore quand on est dans le dur .»

Pour Tiffanie Zali et ses coéquipières, la «revanche» est agendée au 22 février, avec un déplacement en terre zurichoise pour une demi-finale de Coupe de Suisse qui s’annonce explosive.

 

Louissaint et Olympic se parent d’or

Dans la finale masculine, le favori Fribourg Olympic s’est imposé 63-54 face à Union Neuchâtel (mi-temps: 34-35). Entre les deux meilleures formations actuelles, la rencontre a été d’un très haut niveau.

De retour dans l’effectif fribourgeois après une blessure au genou gauche, l’Yverdonnois Axel Louissaint a évolué durant 10 minutes et 43 secondes sur le parquet. Commis à la surveillance du génial meneur de jeu adverse, Bryan Colon, il a été très – trop – vite nanti de quatre fautes personnelles: «Le coach Petar Aleksic m’a fait confiance en seconde mi-temps en me mettant dans le cinq de base. Je pense avoir bien empêché le meneur unioniste de dérouler son jeu. Et après ma quatrième faute, mes coéquipiers ont pris le relais jusqu’au succès final.» Et d’ajouter: «Évoluer au sein d’une telle structure est une fierté. On a la meilleure infrastructure en Suisse, tout est très professionnel. Nous nous entraînons dur pour le montrer sur le terrain. Notre force est de pouvoir jouer sur quarante minutes et garder la tête sur les épaules en toutes circonstances.»

Aurélien Abla