Logo

Elle pédale pour le climat de la Cité thermale à la capitale

30 septembre 2019 | Edition N°2591

Avec sa bicyclette rouge, Stefania Beutler Gaberell a parcouru plus de huitante kilomètres pour aller manifester en faveur du climat, lors du rassemblement national qui s’est déroulé à Berne, samedi.

Stefania Beutler Gaberell ne passe jamais inaperçue sur son deux-roues. Il faut dire que sa bicyclette rouge fait sensation lorsqu’elle pédale à travers la Cité thermale. Avec son grand sourire, elle salue les autres cyclistes qui s’apprêtent à partir en direction de Berne pour la marche en faveur du climat qui aura lieu le lendemain. Il est environ 13h, vendredi, lorsque l’Yverdonnoise arrive avec son vélo devant le Théâtre Benno Besson. «C’est la première fois que je participe à une manifestation nationale», confie la quadragénaire, qui a voulu vivre cette expérience avec son fils Ulysse, âgé de 15 ans. Et d’ajouter: «Je trouve l’initiative magnifique. Militer pour le climat, c’est tout un symbole. Y participer en y allant à vélo, c’est encore mieux.» Membre de la section yverdonnoise de Pro Vélo, qui a planifié le tracé entre la Cité thermale et Chiètres (FR), Stefania Beutler Gaberell ne se considère pas comme une militante à proprement parler. Toutefois, elle reconnaît avoir été très tôt sensibilisée à l’écologie. «Ma mère était une soixante-huitarde convaincue, explique-t-elle. Je n’ai pas de permis de conduire. Je me déplace à pied, à vélo ou en train. Je trie et je recycle mes déchets, et mes habits ont toujours une seconde vie. À la maison, l’écologie, c’est un état d’esprit.»

La solidarité comme moteur

Alors, qu’est-ce qui a convaincu cette mère de famille de participer à la marche nationale de samedi en s’y rendant avec son deux-roues? «Le fait de pouvoir se rassembler et de se montrer solidaire pour une cause qui nous concerne tous, poursuit-elle. Et puis, avec mon fils, on a parcouru tout le tour du lac de Neuchâtel en un jour cet été. Le vélo, c’est mon moyen de locomotion principal.»

Sur son porte-bagages, Stefania Beutler Gaberell a accroché son sac de couchage, puisqu’elle et son fils ont prévu de dormir le soir même dans un abri PC à Morat, avant de rejoindre un groupe de cyclistes neuchâtelois à Chiètres samedi matin, puis les manifestants à Berne aux alentours de 12h30.

Les petits gestes qui comptent

Contactée hier, Stefania Beutler Gaberell n’en revenait toujours pas de cette «belle expérience». Avec son fils, elle a bien roulé tout le long du tracé, même si «c’est moi qui le suivais», remarque-t-elle. Et de conclure: «Toute cette foule et ce mouvement participatif, c’était très impressionnant, mais je reste persuadée que ce sont les petits gestes du quotidien qui peuvent faire changer les choses.»

Valérie Beauverd