Logo

Et dire qu’Yverdon Sport avait fini par trouver la clé

16 mars 2015

Football – 1re ligue – Les hommes de Vittorio Bevilacqua ont concédé l’égalisation dans les arrêts de jeu et sur penalty face à Echallens, alors qu’ils avaient pris l’avantage à la 87e minute de jeu. Rageant.

Edin Becirovic et les siens ont de quoi se tenir le visage. YS avait fait le plus dur à la 87e. © Nadine Jacquet

Edin Becirovic et les siens ont de quoi se tenir le visage. YS avait fait le plus dur à la 87e.

Quand Ange Nsilu a enfin réussi à trouver la clé du verrou challensois, à la 87e minute de jeu, tout le monde, dans les rangs d’Yverdon Sport, a poussé un «ouf» de soulagement. D’accord, la prestation n’avait pas été parfaite, mais la victoire allait être au bout et, face à un adversaire direct dans la course aux finales, c’était bien l’essentiel. «Allez, pour une fois, gagnons sans avoir bien joué», exhortait, sur le banc, un Sacha Margairaz sorti une vingtaine de minutes auparavant, après un choc à un genou. Mais voilà: alors que les arrêts de jeu étaient bien entamés, Musa Zenel a sifflé son troisième penalty de la soirée, le second en faveur d’Echallens, et le pied de Fatah Ahamada n’a pas tremblé. 2-2. Ou comment passer de la délivrance à la désillusion en cinq petites minutes.

Pourtant, quelques instants après le but libérateur de son renfort hivernal, YS a eu deux belles occasions de tuer le match. D’abord par Manu Parapar, lancé seul, dont la pichenette par-dessus Ludovic Zwahlen a pu être détournée par un défenseur à un mètre de la ligne, puis par Manuel Bühler, qui a tergiversé alors qu’il était en excellente position pour tirer.

Echallens efficace en défense

Alors, menés, les Challensois s’étaient enfin découverts. Car, durant les 45 minutes de la deuxième mi-temps, ils se sont plu à attendre leurs hôtes. «Ils occupaient bien l’axe du terrain», reconnaissait l’irréprochable stoppeur Dadie Mayila au terme de la partie. «On arrive davantage à donner notre pleine mesure face à des équipes qui jouent aussi», estimait, de son côté, Sacha Margairaz. Quoi qu’il en soit, avec notamment un Andy Laugeois (ex-YS) royal dans son rôle de récupérateur, les hommes de Julien Marendaz ont neutralisé la plupart des vélléités offensives adverses. Sans se créer, de leur côté, beaucoup de chances de but.

C’est à penser qu’ils se satisfaisaient parfaitement du point qui leur semblait promis après une première mi-temps un peu plus ouverte, plus riche en occasions de part et d’autre. Ils ont pris l’avantage dès la sixième minute de jeu, suite à un penalty provoqué par Marc Ummel, qui avait mis trop de temps à sortir, sur une balle en profondeur qui paraissait presque anodine, et qui a fauché Fatah Ahamada. Il aura aussi fallu un penalty à YS pour égaliser, grâce à Sacha Margairaz, suite à une faute de main de Jérôme Hyvernaud.

Et si les Nord-Vaudois ont fait preuve de plus d’allant après le thé, ils n’ont donc pas pu éviter le match nul. «On n’arrive pas à garder un résultat, pestait un Vittorio Bevilacqua remonté. On parle des finales, mais on n’arrive pas à gérer la pression qui va avec. Dans ce cas, n’en parlons plus!» Désormais cinquième, son équipe demeure toutefois à trois petites unités d’Echallens, deuxième. Mais il faudra rapidement retrouver le chemin de la victoire pour rester dans la course.

 

Yverdon Sport – Echallens 2-2 (1-1)

Buts: 6e Ahamada, pen. 0-1; 44e Margairaz, pen. 1-1; 87e Nsilu 2-1; 92e Ahamada, pen. 2-2.

Yverdon: Ummel; Dimonekene, Mara (46e Momo), Mayila, Montano; Gabriele, Margairaz (66e Pitronaci), Jankuloski (57e Bühler), Parapar; Becirovic, Nsilu. Entraîneur: Vittorio Bevilacqua.

Echallens: Zwahlen; Deblue, Hyvernaud, Lacroix, Samandjeu; Laugeois, Bastardoz; Ahamada, Germanier, Martinet (85e Caseiro); Atkinson (72e Ouattara). Entraîneur: Julien Marendaz.

Notes: Stade Municipal, 450 spectateurs. Arbitrage de Musa Zenel, qui avertit Ummel (6e, jeu dur), Mayila (19e, jeu dangereux), Margairaz (27e, jeu dur), Gabriele (41e, jeu dur), Laugeois (82e, jeu dur) et Parapar (86e, geste revanchard).

Lionel Pittet