Logo

Festi’Cheyres a une nouvelle fois attiré les foules

10 juillet 2017 | Edition N°2034

Cheyres – La 11e édition de la manifestation s’est déroulée le week-end dernier. La programmation musicale éclectique a ravi tout le monde, familles comme connaisseurs. Ambiance.

Le groupe belge The Black Box Revelation (rock/garage/blues) était l’une des têtes d’affiche de la soirée de vendredi, qui a fait la part belle au rock. ©Michel Duperrex

Le groupe belge The Black Box Revelation (rock/garage/blues) était l’une des têtes d’affiche de la soirée de vendredi, qui a fait la part belle au rock.

La fête avait tout pour être belle : une programmation éclectique et alléchante, une météo plutôt clémente et des bénévoles à pied-d’oeuvre. Après trois jours de festivités et de bonne musique, elle l’a été, et le bilan de la onzième mouture de Festi’Cheyres est plutôt réjouissant.

«Malgré quelques craintes, la météo a plutôt été clémente finalement, sourit Laetitia Brodard, responsable de la communication de Festi’Cheyres. Un gros orage s’est abattu sur nous samedi après-midi. Mais heureusement, plutôt que de faire fuir les spectateurs, il a rafraîchi l’atmosphère, ce qui n’était pas un moindre mal avec les températures caniculaires.»

 

Affluence dans la fourchette

 

Le chanteur Amadou Diolo et son groupe ont conquis le public, samedi soir, sur la grande scène. ©Michel Duperrex

Le chanteur Amadou Diolo et son groupe ont conquis le public, samedi soir, sur la grande scène.

Sur les trois jours de fête et de concerts, ce sont ainsi près de 8000 personnes qui se sont pressées à Festi’Cheyres. Une affluence dans la fourchette habituelle. «L’année passée, à l’occasion du dixième anniversaire de la manifestation, on avait connu un record. Mais c’était exceptionnel. On est donc plutôt satisfaits », souligne-t-elle.

Côté programmation, aucune fausse note n’est à relever. Les airs, tantôt mélodieux, tantôt «rockeux», ayant trouvé grâce auprès de la membre du comité de pilotage et auprès de la foule bigarrée, qui s’est laissée transporter par la musique : «Il y a toujours le samedi après-midi, où on peine souvent à drainer du monde dès 14h. Mais sinon, il n’y a vraiment que du positif à signaler.»

 

Amadou Diolo étincelant

 

Tous les moyens étaient bons pour protéger les oreilles des plus jeunes. ©Michel Duperrex

Tous les moyens étaient bons pour protéger les oreilles des plus jeunes.

Au niveau des réjouissances, figure la très belle prestation du «régional de l’étape», Amadou Diolo. La chanteur d’origine sénégalaise mais Staviacois d’adoption, n’a laissé personne indifférent. «C’est l’un des gros coups de cœur du weekend, lâche Laetitia Brodard. Il a vraiment mis le feu à la plage.»

A noter que le budget de la manifestation de situe aux environs de 240 000 francs. Une augmentation considérable par rapport aux dernières années, qui s’explique par la volonté de continuer à proposer une offre de qualité aux festivaliers, ainsi que de conserver la gratuité de l’événement.

 

En quelques chiffres

 

Le groupe de garage-post-punk The Staches a soulevé les foules, samedi soir. ©Michel Duperrex

Le groupe de garage-post-punk The Staches a soulevé les foules, samedi soir.

7000-8000, soit le nombre de visiteurs qui se sont pressés à Cheyres durant les trois jours du festival. Un chiffre qui se situe dans la fourchette habituelle, mais qui reste difficile à évaluer avec précision, la manifestation étant gratuite.

25, soit le nombre de groupes de musique qui se sont produits sur les scènes de Festi’Cheyres. Ils proviennent de Suisse, de France, de Belgique et d’Allemagne.

350, soit le nombre approximatif de bénévoles qui ont œuvré à la bonne tenue du festival. Le comité est composé de neuf membres, eux aussi tous bénévoles.

 

Programmation éclectique

 

Sur la plage, la Fanfare balkanique improvisée a assuré l’ambiance lors des entractes musicaux. Un air de vacances. ©Michel Duperrex

Sur la plage, la Fanfare balkanique improvisée a assuré l’ambiance lors des entractes musicaux. Un air de vacances.

Vendredi, le premier jour des festivités, les tonalités se sont faites très rock, puisque pas moins de sept groupes -dont la tête d’affiche The Black Box Revelation- estampillés rock-garage, indie-rock ou funkrock, se sont produits devant un parterre de connaisseurs. Samedi, Festi’Cheyres a fait la part belle aux artistes du pays, et même du cru. Ainsi, le chanteur Amadou Diolo, a ébloui le public de son talent. Les Valaisans de Charlotte Parfois ont aussi soulevé les foules en fin d’après-midi.

Enfin, hier, la journée était réservée aux familles. Des animations pour les enfants ont notamment été proposées. Côté musique, le Chœur Auguste a conquis le cœur des adultes.

Enregistrer

Simon Gabioud