Logo

Fronde du Conseil contre un pont routier

3 octobre 2016 | Edition N°1840

Chavornay – L’organe délibérant s’oppose au tracé de la nouvelle ligne reliant Orbe à Chavornay. Le projet porté par Travys et les CFF est actuellement à l’enquête.

Les gabarits de l’ouvrage sont déjà en place à l’entrée de la localité de Chavornay, côté Orbe. ©Christelle Maillard

Les gabarits de l’ouvrage sont déjà en place à l’entrée de la localité de Chavornay, côté Orbe.

Sur le fond, tout le monde est d’accord : il faut moderniser la ligne de train Orbe-Chavornay. Pourtant le projet, actuellement à l’enquête, ne fait pas l’unanimité. A Chavornay, une dizaine de conseillers communaux ont déposé une motion. Votée et acceptée jeudi dernier lors du Conseil communal, elle demande à la Municipalité de ne pas adopter le concept présenté.

L’élément central de l’opposition est la création d’un pont pour le trafic routier au-dessus des rails. Ce dernier aurait, d’après Christian Kunze, la même hauteur que celui de Bavois, mais il serait plus long. «Ce pont ne laisse personne indifférent et c’est compréhensible qu’il y ait des oppositions», explique-t- il. Il a d’ailleurs confié que la Municipalité n’était, elle-même, pas enchantée par ce tracé. Comme solution, les opposants imaginaient la construction d’un souterrain à la place. Cette option a été écartée en raison de son coût trop élevé et de son impact sur la nappe phréatique.

Nuisances nocturnes craintes

Autres points de désaccords, les impacts visuels, sonores et environnementaux. Le Conseil communal s’inquiète principalement des nuisances occasionnées par les transports nocturnes de marchandises puisque la nouvelle ligne passera à côté des habitations.

À Orbe, on voit les choses autrement : «Je comprends bien l’intérêt privé, mais les avantages à tirer devraient être supérieurs aux désagréments», explique Henri Germond, syndic. Le chef de l’Exécutif urbigène estime que la motion n’est «pas forcément utile», dans la mesure où elle laisse un an à la Municipalité pour agir alors que la mise à l’enquête se termine le 24 octobre prochain. Mais d’autres débats sont à prévoir dans sa commune en matière de transports, notamment en ce qui concerne le nouvel arrêt à Saint-Eloi.

Enregistrer

Christelle Maillard