Logo

Guillaume Rochat glisse vers de nouveaux objectifs

24 janvier 2017 | Edition N°1919

Ski de fond – Le jeune fondeur du Chenit figure parmi les favoris des Championnats romands juniors.

Apprenti bûcheron et fondeur, Guillaume Rochat aime être dans la nature. ©Sébastien Testuz

Apprenti bûcheron et fondeur, Guillaume Rochat aime être dans la nature.

Sa passion, Guillaume Rochat la vit à fond. Et c’est sur le ski de fond que le jeune homme du Chenit a jeté son dévolu à 6 ans déjà, quand ce fils de chronométreurs accompagnait ses parents sur les compétitions de la région.

Il s’est épris pour la discipline et a, dans la foulée, rejoint le Ski-Club de la Vallée de Joux. «Grâce à ce sport, j’ai pu tisser des liens d’amitié très forts avec les membres du club, raconte- il. Ma discipline reste individuelle, mais on se reconnaît quand même dans une équipe.» L’apprenti bûcheron passe, ainsi, le plus clair de son temps en extérieur.

La scie à peine rangée, il chausse les lattes. Malgré la compétition, Guillaume Rochat y trouve toujours un plaisir plus profond. «J’aime le contact avec la nature que permet la discipline. C’est le plus important pour moi, concède-t-il. Cela me permet de me vider l’esprit.»

Enchaîner deux activités aussi éprouvantes physiquement n’est pas donné à tout le monde. Mais, du haut de ses 18 ans, le Combier affiche déjà une force mentale impressionnante. Dès les premières chaleurs de l’été, il débute sa préparation : de la course à pied, du cyclisme, du ski à roulettes et de la marche ; il a choisi de mélanger les plaisirs.

Envies d’escapade

Les choses sérieuses commencent dès l’automne. Son travail lui accordant davantage de plages horaires libres à cette période, Guillaume Rochat peut filer vers les premiers objectifs de la saison. Des épreuves régionales aux manches de Coupe de Suisse, le fondeur nord-vaudois se concentre principalement sur des compétitions nationales. «Le niveau est assez relevé, justifie-t-il. Parfois, la concurrence internationale vient encore le renforcer.» Cet hiver, le jeune cadre de Ski Romand a envie de franchir un cap.

«J’aimerais m’aligner sur une Coupe d’Europe, à l’étranger», glisse-t-il. Avant toute chose, il retrouvera la concurrence romande sur les classiques du calendrier régional (comme La Mara) et en Coupe de Suisse. Début février, il disputera les championnats romands à La Vue des Alpes (Neuchâtel), dans la catégorie moins de 20 ans. Une course qu’il a déjà cochée depuis longtemps sur son calendrier. «Je pense y avoir ma chance, confie-t-il. J’aimerais bien faire un top 5, voire un podium.»

Enregistrer

Rédaction