Logo

Haldimand au cœur d’un spectacle en plein air

1 février 2018 | Edition N°2176

Yverdon-les-Bains –  Pour fêter les 300 ans de l’officier yverdonnois, Jean-Néville Dubuis a écrit la pièce «Haldimand… je me souviens d’Yverdon!». Il recherche des bénévoles.

On passe quotidiennement par l’avenue Haldimand sans vraiment savoir qui se cache derrière ce nom. C’est lors d’une promenade crépusculaire, en été 2011, que le metteur en scène Jean-Néville Dubuis se laisse emporter par le destin de cet homme à la carrière militaire fascinante (lire encadré).

Pour retracer la vie de Frédéric Haldimand, Jean-Néville Dubuis s’est rendu à la British Library de Londres, à la recherche de ses correspondances. © Michel Duperrex

Pour retracer la vie de Frédéric Haldimand, Jean-Néville Dubuis s’est rendu à la British Library de Londres, à la recherche de ses correspondances. © Michel Duperrex

«Après avoir réalisé un spectacle sur Pierre Viret (ndlr: le réformateur urbigène 1510-1571), je souhaitais créer une pièce théâtrale sur un personnage yverdonnois», révèle l’homme de théâtre. Il présentera ainsi «Haldimand… je me souviens d’Yverdon!», une création en plein air du 14 au 29 juin prochain, dans le parc de la villa d’Entremonts, à Yverdon-les-Bains. Le choix de ce lieu n’est pas si anodin, puisque l’officier aux origines bernoises y a vécu durant de nombreuses années, avant de faire construire le Château de Champ-Pittet, en 1791.

«Avec Joël Fillion (ndlr: le co-auteur du spectacle est également comédien au Québec), nous avons souhaité évoquer le parcours de Frédéric Haldimand, mais aussi retracer la vie d’Yverdon-les-Bains à une époque où la ville était sous l’autorité bernoise», explique celui qui a passé un nombre d’heures incalculables à parcourir la biographie de l’officier militaire.

Pièce haute en couleur

Pour réaliser cet événement estival, le Nord-Vaudois n’a pas lésiné sur les moyens, puisque plusieurs disciplines de la scène ont été réunies. Les acrobates de l’Ecole de cirque d’Yverdon-les-Bains seront de la partie, ainsi que plusieurs comédiens professionnels et amateurs. Au total, une trentaine d’artistes monteront sur la scène en plein air.

Bénévoles recherchés

«En partenariat avec le Musée d’Yverdon et région et le Centre Pro Natura de Champ-Pittet, nous allons jouer deux farces de Thomas Gueulette, auteur prolifique du XVIIIe siècle, lors de la Nuit des musées, notamment», poursuit l’habitant de Suchy, qui travaille également en synergie avec le Musée Baud de L’Auberson et Le Patrimoine au fil de l’eau (Moulin Rod) à Orbe.

Afin de mener à bien son projet, Jean-Néville Dubuis recherche encore des figurants pour interpréter les soldats français et anglais lors d’une bataille, ainsi que plusieurs enfants et une dizaine de bénévoles pour assurer le service à la buvette et aux caisses.

Une séance d’information aura lieu, mercredi prochain, à 19h30, à la salle 1, au Théâtre Benno Besson. Renseignements au 076 470 15 10. 

 

Les hauts faits d’armes d’Haldimand

Gouverneur du Québec

Frédéric Haldimand. ©Wikimedia

Frédéric Haldimand. ©Wikimedia

Né en 1718 à Yverdon-les-Bains dans une famille de notaire originaire de Thoune, Frédéric Haldimand quitte, à l’âge de 15 ans, le noyau familial pour intégrer l’armée du Roi de Sardaigne, puis poursuit sa formation au sein d’un régiment prussien et participe à la Guerre de Succession d’Autriche. En 1755, il quitte le continent européen et rejoint les forces britanniques durant la Guerre de Sept ans, qui opposera la France et la Grande-Bretagne, laquelle sortira vainqueur de ce conflit et annexera le Canada. L’homme deviendra le troisième gouverneur de la province de Québec, avant de revenir dans sa ville natale et de construire le Château de Champ-Pittet pour y passer sa retraite. Il mourra d’une attaque d’apoplexie, en 1791, à Yverdon-les-Bains.

Valérie Beauverd