Logo

Il manque des salopettes pour habiller l’expo

31 janvier 2019 | Edition N°2426

Yverdon-les-Bains  –  Pour son exposition consacrée à la mode enfantine, le MuMode recherche encore plusieurs pièces, portées par des petits garçons, pour garnir sa future garde-robe. Il lance un appel aux dons.

Suspendu sur un cintre dans les dépôts du Musée suisse de la Mode (MuMode), un petit manteau en fourrure de lapin retient l’attention des curieux qui se faufilent entre les piles de cartons. «Il appartenait à une collection privée, explique Anna-Lina Corda, directrice de l’institution yverdonnoise. Assorti à un serre-tête en plumes de cygne et à des manchons, la pièce a appartenu à une bourgeoise genevoise lorsqu’elle était enfant.» Des vêtements luxueux comme celui-ci, le MuMode en compte des milliers.

Pour sa future exposition, qui sera consacrée à la mode enfantine, la directrice recherche toutefois encore plusieurs habits et accessoires masculins du XVIIIe au XXe siècle (lire encadré). «En 2014, nous avons répertorié plus de 600 vêtements, dont une quantité importante pour filles, mais nous lançons un appel aux dons dans l’espoir d’obtenir quelques pièces portées par des garçons», indique-t-elle.

Parmi les 600 vêtements pour enfants du MuMode, la directrice Anna-Lina Corda a répertorié un petit manteau en fourrure de lapin blanc et une jolie robe en coton. © Michel Duperrex

Une mode récente

Les vêtements conçus expressément pour les petits ne sont toutefois apparus que récemment. «Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les bébés étaient emmaillotés et parfois même accrochés au mur pour éviter qu’ils soient couchés à même le sol», raconte Anna-Lina Corda. De cette époque, l’institution yverdonnoise a conservé un bonnet blanc en cordon serti porté par un nouveau-né.

C’est seulement en 1762, grâce à Jean-Jacques Rousseau et à son traité Emile ou de l’éducation, que l’on a commencé à considérer l’enfant comme un individu à part entière. Et au fil du temps, son corps s’est peu à peu libéré.

La collection du MuMode montre par ailleurs que les habits n’ont pas toujours été genrés. Elle compte ainsi plusieurs robes blanches en coton qui étaient portées aussi bien par des filles que par des garçons, dont quelques-unes arborent de la dentelle ou de la broderie. «Au XIXe siècle, il était commun de broder le prénom de l’enfant sur le vêtement pour faciliter le tri lors du lavage et du repassage», raconte la directrice, tout en dénichant une robe de baptême en dentelle de Valenciennes qui porte le prénom «Hélène».

Précurseurs anglais

Le musée possède également un costume marin daté de la fin du XIXe siècle. «Il s’agit du premier vêtement issu de la garde-robe enfantine, assure la jeune femme. Cet habit du dimanche très chic a notamment été porté par les neuf enfants de la reine Victoria.»

C’est d’ailleurs en Angleterre que la mode enfantine est apparue avant d’essaimer en France et dans le reste de l’Europe. Parmi les nombreux vêtements suspendus dans l’une des penderies, Anna-Lina Corda décroche une petite robe bleu clair à smocks – à fronces –, usée par le temps. Elle précise: «Aujourd’hui, ce type de robe revient à la mode puisqu’on la retrouve chez la princesse Charlotte de Cambridge.»

Si l’institution de la mode, unique en Suisse, possède plusieurs pièces prestigieuses, dont un tailleur haute couture pour enfant griffé Chanel, elle collectionne aussi des pièces plus simples. Dans les familles nombreuses, par exemple, les habits troués étaient raccommodés pour être portés par tous les membres de la fratrie.

«La garde-robe enfantine raconte aussi le contexte socioculturel dans lequel elle a été conçue», ajoute Anna-Lina Corda. A titre d’exemple, ce n’est qu’au début du XXe siècle que les layettes roses et bleues sont apparues en Occident. Dans les années 1970, d’autre part, le vêtement est devenu plus simple sur le plan de la texture, mais avec des motifs floraux imposants. Au fond du dépôt, on retrouve ainsi des petites robes à fleurs aux couleurs orangées. Les hippies sont passés par là…

______________________________________________________

Appel aux dons

La future exposition consacrée à la mode enfantine aura lieu dès le 18 mai prochain au MuMode, à Yverdon-les-Bains.

Ceux qui souhaitent faire don de belles pièces issues de leur garde-robe enfantine peuvent contacter l’institution via l’adresse: admin@museemode.ch ou au 024 426 31 64.

Valérie Beauverd