Logo

Il sort de son laboratoire pour distiller ses sons

25 juillet 2019 | Edition N°2547

Arnex-sur-Orbe – Féru de bruit en tout genre, Mike Barclay présentera ses boîtes à musique à l’occasion de la 20e édition des Jeux du Castrum, qui se dérouleront du 15 au 18 août, à Yverdon-les-Bains.

Mike Barclay a toujours été intrigué par les boîtes à musique. Le mouvement de rotation du cylindre et les vibrations des lames en acier contre les picots résonnent d’une manière toute particulière chez cet explorateur du son. Passionné par les bruits qui l’entourent, il décide de fabriquer son propre instrument. C’était il y a huit ans. Contrairement à une boîte traditionnelle qui émet une mélodie unique, celle de Mike Barclay est reliée à un ordinateur. Sur le cylindre, l’ancien mécanicien de précision déplace des petits aimants qui émettent des fréquences originales.

Pour Mike Barclay, tout objet est susceptible de devenir un instrument de musique. © Michel Duperrex

Confiné dans son studio à Arnex-sur-Orbe, le quadragénaire devenu ferblantier n’en est pourtant pas resté là, puisqu’une dizaine de machines aussi originales les unes que les autres ont vu le jour depuis son premier prototype. Les 15 et 16 août prochain, Mike Barclay proposera deux concerts dans le cadre des Jeux du Castrum, qui se dérouleront à Yverdon-les-Bains (lire encadré).

Des rythmes au compte-goutte

Dans son laboratoire de musique, tout est prétexte à produire des bruits, plus particulièrement le verre, le métal et l’eau. «Je m’inspire des objets qui m’entourent pour produire différents sons acoustiques», glisse-t-il avant de se lancer dans une démonstration. À cet instant, on lève le regard au plafond: quatre bouteilles en plastique laissent tour à tour s’échapper quelques gouttes d’eau sur un ramequin en aluminium, une petite cymbale, un couvercle de boîte à biscuits et un cendrier, tandis que l’ordinateur dicte le rythme. L’ensemble diffuse alors des sonorités entraînantes, à tel point qu’on aurait presque l’envie de danser sur place.

Une batterie, version Mike Barclay. © Michel Duperrex

Son brevet d’ingénieur du son en poche, Mike Barclay passe désormais de nombreuses heures sur des sites musicaux à la recherche de nouveaux sons. «J’adore aussi aller farfouiller dans les magasins de bricolage pour trouver différents composants», explique-t-il. Avec une visseuse ou une lime, l’homme s’attelle à l’arrangement de ses machines aux sonorités organiques. Boîte à rythmes ou batterie électromécanique, machines à cordes ou diapasons: les instruments de Mike Barclay ont mille facettes. «Pour certaines machines, j’ai passé plusieurs mois dessus», poursuit le musicien qui pratique aussi d’autres instruments, comme le didgeridoo, le synthétiseur et la guitare électrique. Toutefois, l’artiste reconnaît être très perfectionniste et préfère manier lui-même ses boîtes à musique, notamment lorsqu’il s’agit de les transporter.

Une nature discrète

Jusqu’à présent, l’Arnésien est resté très réservé sur son art. Seuls quelques amis ont pu profiter de sa musique électrique. «En général, les gens sont plus intrigués par mes instruments que par moi-même», confie-t-il. De nature discrète, Mike Barclay avoue qu’il n’est pas très à l’aise lorsqu’il s’agit de monter sur scène. L’année passée, il a pourtant accepté l’invitation du Centre international de la mécanique d’art (CIMA) à Sainte-Croix pour présenter ses boîtes à musique. Passionné par des artistes comme Radiohead et Björk, le musicien allie le rock à la musique électro. «J’ai désormais assez d’instruments pour proposer un vrai concert», conclut-il.

 


Infos pratiques

À écouter: À l’occasion des Jeux du Castrum, Mike Barclay proposera deux concerts, l’un à l’avenue des Sports 5, jeudi 15 août à 19h15, et l’autre à l’Aula Magna du château, vendredi 16 août à 17h30.


Un terrain de jeu pour les artistes

Pour cette 20e édition, les Jeux du Castrum s’emparent des alentours du château d’Yverdon-les-Bains pour y proposer spectacles, concerts, performances, numéros de cirque contemporain, projets participatifs, installations et une exposition. Depuis quarante ans, le festival s’invite dans l’espace urbain pour l’animer, le revisiter et le transformer. Les rues du centre historique, le château, le chantier de la salle de gym en construction, la cour de l’avenue des Sports 5 ou encore le stade de foot deviendront le terrain de jeu des artistes et du public l’espace d’un week-end. Plus d’informations sur:
www.le-castrum.ch  V.Bd

Valérie Beauverd