Logo

Ils font la plonge pour les Romands

31 juillet 2018 | Edition N°2300

Yverdon-les-Bains – A la Strid, le département ecomanif tourne à plein régime. C’est là que finissent les gobelets réutilisables, employés dans la plupart des grandes manifestations, pour y être nettoyés.

La vapeur qui s’élève des deux lignes de lavage du département ecomanif de la Société pour le tri, le recyclage et l’incinération des déchets (Strid) ne se dissipe presque plus, depuis hier. Trente-deux personnes – contre une douzaine habituellement – sont à pied-d’œuvre, de 5h30 à 22h, pour nettoyer verres, assiettes et autres couverts réutilisables en plastique qui affluent du Nord vaudois, mais aussi du Valais, de Neuchâtel et de Genève. C’est là que finiront les 100 000 gobelets utilisés en ce moment par les festivaliers de l’Estivale Open Air, à Estavayer-le-Lac, pour se rafraîchir le gosier.

«On lave 80% de la vaisselle réutilisable employée dans les manifestations en Suisse romande», indique Jean Paul Schindelholz, directeur de la Strid, qui précise que ce secteur connaît une hausse d’activité de l’ordre de
15 à 30% par année. Tant et si bien qu’il a fallu ajouter une deuxième ligne de lavage, opérationnelle depuis hier. Et surtout gonfler les équipes et les horaires, de façon à absorber le flux et les 400 000 pièces qui n’ont pas pu être poutzées durant dix jours, le temps que la nouvelle machine soit opérationnelle.

Vaisselle neutre

Désormais, les installations de la Strid peuvent avaler 8000 pièces par heure. En moyenne, il faut quatre minutes pour nettoyer une assiette en plastique et lui offrir une énième vie. Car c’est bien là la mission d’ecomanif: «On veut que les pièces de vaisselle tournent un maximum de fois par année.» Et d’ajouter: «Prenez ce gobelet, que j’ai récupéré lors des Rendez-vous de la place à Yverdon-les-Bains. Il date de 2011 et il a peut-être déjà été lavé une cinquantaine de fois. Là, on a vraiment un gain environnemental.» C’est la raison pour laquelle les responsables de la Strid proposent de la vaisselle neutre, qui peut être utilisée partout. Ils tendent ainsi à limiter au maximum les gobelets personnalisés, arborant le logo d’une manifestation: «Quand on nous le demande, on propose 10% du stock», note Benoît Delapraz, responsable d’ecomanif.

Jusqu’à la mi-août, les installations tourneront durant plus de seize heures par jour, non stop. De quoi absorber la vaisselle sale des festivals, girons de Jeunesses et autres manifestations romandes. Dans le vaste local de stockage, qui jouxte la déchetterie de la Strid, plusieurs boîtes attendent d’ailleurs d’être expédiées dans les Communes qui ont fait le choix d’un 1er Août écologique. Mais ce n’est pas tout, puisqu’ecomanif fournit aussi de quoi festoyer en famille ou entre amis, dès que le nombre de participants atteint quarante personnes. «Notre but, c’est vraiment de supprimer l’usage unique», conclut Jean Paul Schindelholz.

Caroline Gebhard