Logo

Ils veulent faire bouger la jeunesse

12 juillet 2019 | Edition N°2358

Yverdon-les-Bains – Trois jeunes Yverdonnois sont en train de mettre sur pied une association qui aura pour but d’organiser des évènements festifs et sportifs.

«L’idée de base était de monter une Jeunesse urbaine pour pouvoir organiser un giron à Yverdon, car nous en avions un peu marre de nous déplacer pour faire la fête», explique Jonas Du Bois, l’un des trois initiateurs du projet. Après avoir pris contact avec Cédric Destraz, président de la Fédération vaudoise des Jeunesses campagnardes (FVJC), lui et ses deux acolytes Numa Roussy et Arthur Vittet, ont toutefois décidé de commencer par créer une association et de voir où cela les mènerait. Celle-ci aura pour but de mettre en place des évènements s’inspirant des fêtes de jeunesse et offrira à ses membres, des régionaux entre 16 et 30 ans, la possibilité de monter des projets pour faire bouger les jeunes en leur apportant un soutien financier et logistique. «On est ouvert à tout, précise l’Yverdonnois, qui officie comme responsable communication au sein du comité. Ça peut aller d’une soirée à thème à un concours de tir à l’arc.»

Pour mener à bien leur projet, les trois comparses ont notamment pu compter sur le Conseil des Jeunes d’Yverdon dont ils font partie. «Les choses avancent plutôt bien, se réjouit Jonas Du Bois. Les statuts ont été rédigés et signés, nous sommes allés ouvrir un compte à la banque mercredi dernier et nous avons déjà quinze membres inscrits.» Un nom a également été choisi: LamentYv. «Nous nous sommes assis autour d’une table pour mettre nos idées en commun et la conversation s’est tournée vers ce sympathique animal qu’est le lamantin, dont l’orthographe «lamentin» est aussi acceptée. Nous avons décidé d’utiliser cette dernière car cela nous permettait de jouer avec «lamentable» pour la blague, s’amuse-t-il. Il est important de faire preuve d’un peu d’autodérision…» Quant au «Yv», il fait bien évidemment référence à la Cité thermale.

Un coup d’envoi en 2020

Les bases de l’association étant maintenant posées, la prochaine étape sera l’organisation d’une première manifestation afin de se faire connaître plus largement. «Nous avons dressé une liste des lieux qui nous intéressaient et qui peuvent potentiellement être loués. Idéalement, nous souhaiterions pouvoir mettre sur pied une Silent Party qui se tiendrait dans la cour du château d’Yverdon l’été prochain. Ce serait génial de pouvoir commencer avec un évènement en plein cœur de la ville!», s’enthousiasme le responsable communication de LamentYv. Mais il reste toutefois lucide: «Les démarches à entreprendre sont nombreuses et nous ne savons pas si nous obtiendrons tous les documents nécessaires dans les temps, sans parler de l’autorisation finale. Si le délai s’avérait trop court ou que nous devions modifier nos plans pour une quelconque raison, nous opterions peut-être plutôt pour une activité sportive au bord du lac. Car autant que ce soit clair, nous ne sommes pas là uniquement pour boire des bières!»

Muriel Ambühl