Logo

Une institution de la rue du Lac va fermer

25 avril 2017 | Edition N°1982

Yverdon-les-Bains – Marlyse Gilliéron, tenancière du café Le National depuis 1992, n’accueillera plus ses clients dès la fin du mois de juin.

Les habitués du National devront trouver un autre bistrot, puisque l’établissement fermera ses portes en juin prochain. ©Michel Duperrex

Les habitués du National devront trouver un autre bistrot, puisque l’établissement fermera ses portes en juin prochain.

«Le National va fermer ? Sérieux ?» s’étonne un client, qui a pris l’habitude, lorsqu’il se rend chez son médecin, de passer boire un petit verre dans ce petit estaminet situé au cœur de la rue du Lac, à Yverdon-les-Bains. «Je suis triste d’apprendre cette nouvelle, car c’est un endroit convivial», poursuit-il. «Ce bistrot va me manquer, renchérit Maurice Grandjean, retraité d’une septantaine d’années, qui apprécie de lire son journal en buvant son café en toute tranquillité. Et j’aime discuter avec la patronne.»

Parmi les clients que nous avons rencontrés, hier, en début de matinée, aucun n’était au courant que Le National allait fermer ses portes d’ici la fin juin. Hospitalisée, Marlyse Gilliéron, patronne du lieu depuis 1992, n’a pas pu confirmer cette information. Mais selon une amie, qui la remplace pendant sa convalescence, seuls quelques habitués savent qu’ils devront trouver une nouvelle enseigne où prendre leur café et siroter leur bière.

 

Un projet de rénovation

 

Pour Pierre-Alain Meier, l’actuel propriétaire de l’immeuble, c’est une page qui se tourne. Âgé de 71 ans, l’homme n’a plus la volonté d’entreprendre de gros travaux et a, ainsi, préféré vendre cet édifice à Flury & Rudolf, des architectes soleurois. «Le National, c’est toute mon enfance, ma mère a été la tenancière pendant plus de quarante ans, confie-t-il avec émotion. En l’état actuel, c’est intransformable, il faut tout détruire et refaire à neuf.» En effet, il est triste de constater que les escaliers grincent et que la conception des appartements date d’un autre temps.

Selon les plans de rénovation, le bâtiment qui, si l’on en croit une incision gravée sur le carreau d’une vieille fenêtre, daterait de l’an 1810, nécessite d’importants travaux. Le futur édifice sera divisé par une verrière, permettant de séparer les appartements des bureaux. Du côté de la rue du Lac, des espaces dédiés à la vente et au commerce sont prévus au rez-de-chaussée et au premier étage. Les trois étages supérieurs pourront accueillir des bureaux et des cabinets médicaux. Dans la seconde partie de l’immeuble, donnant sur la ruelle Lac-Milieu, les architectes prévoient la construction de plusieurs appartements, ainsi que l’aménagement d’un duplex au dernier étage.

Valérie Beauverd