Logo

«J’ai été surpris par la tension qui régnait dans le peloton»

31 juillet 2015

Cyclisme – De retour de Paris, Danilo Wyss a roulé avec ses fans, avant-hier, entre la Broye et le Nord vaudois. Il a partagé ses impressions au sortir de son premier Tour de France.

Danilo Wyss (à g., avec son maillot de champion de Suisse) est un homme apprécié. Il a été suivi par plus de 150 supporters, au départ de Payerne! © Pierre Blanchard

Danilo Wyss (à g., avec son maillot de champion de Suisse) est un homme apprécié. Il a été suivi par plus de 150 supporters, au départ de Payerne!

Les supporters de Danilo Wyss ont été plus de 150 à fêter, avec lui, son titre de champion de Suisse et sa participation au Tour de France. Une centaine de cyclistes ont pris part, avant-hier, à la virée en vélo qui allait de Payerne à Yvonand, avec un retour par la montée de Rovray et le village d’Arrissoules.

En arrivant sur les Champs-Élysées, dimanche, l’Urbigène a terminé sont huitième grand tour. Ce qui veut dire qu’il n’a jamais abandonné dans une épreuve de trois semaines. «J’ai été surpris par la grande tension qui régnait dans le peloton, durant la première semaine du Tour de France, a lancé le champion. Nous roulions tellement serré qu’il était difficile d’éviter les chutes. Cette tension, nous ne la retrouvons pas au Giro ou à la Vuelta. Heureusement pour moi, je suis habile sur un vélo, ce qui m’a permis de limiter les dégâts.» Au Karting de Payerne, il était très heureux de partager, avec ses amis, sa première expérience sur la Grande Boucle.

«Le plus beau moment a été la montée sur le podium, après la victoire d’étape du contre-la-montre par équipes. L’émotion y était très vive, a confié le coureur. Et puis, en fin de Tour, le public massé dans le virage des Hollandais, dans la montée de l’Alpe d’Huez, rend l’instant magique.» Le cycliste établi à Estavayer-le-Lac reconnaît, aussi, que l’abandon du leader de son équipe, Tejay van Garderen, a été dure à encaisser: «Contre la maladie, on ne peut rien à faire.» Le moral de la BMC n’a, toutefois, pas trop été entamé, car l’abandon est survenu peu de temps avant l’arrivée à Paris, et avec trois victoires d’étape plus le port du maillot jaune durant un jour, l’équipe a réussi un beau Tour de France.

Danilo Wyss est ressorti de l’épreuve en grande forme. Il l’a prouvé, avant-hier, en effectuant la montée de Rovray en frôlant les 30 km/h de moyenne. Prestation qui a beaucoup impressionné les participants à la balade, partis bien avant lui. «Je ne m’attendais pas à voir autant de monde», relèvait l’organisateur Cédric Schaller, responsable de la formation des jeunes au Vélo- Club Payerne et patron du magasin Pro Cycles. La soirée a été fixée une fois que la sélection de Danilo Wyss au Tour de France a été officialisée. Le Nord-Vaudois a accompagné les cyclistes répartis en fonction de leur potentiel de performance. Mais même le groupe qui se voulait peinard a roulé bien au-dessus de la moyenne de 22 km/h annoncée au départ par Carole Poux, son accompagnatrice.

L’ambiance autour des grillades a été familiale et, pour fêter son titre de champion de Suisse, les fans de Danilo Wyss ont entonné l’hymne national. Lui, qui a eu pour exemple Pascal Richard, apprécie d’offrir une part de rêve aux enfants. Des jeunes qui ont été nombreux à lui demander un autographe. Déjà, le héros de la région remonte sur sa selle, pour la classique de Saint-Sébastien, en Espagne, ce week-end. Il poursuivra avec l’Eneco Tour, également appelé Tour du Benelux, qui aura lieu du 10 au 16 août.

Pierre Blanchard