Logo
“Je croise les doigts pour que l’équipe fasse son chemin jusqu’à la Municipalité”
Yverdon, 21 août 2020. Natacha Ribeaud Eddahbi. © Michel Duperrex

“Je croise les doigts pour que l’équipe fasse son chemin jusqu’à la Municipalité”

19 novembre 2020

Yverdon-les-Bains – La gauche a dévoilé les noms de ses candidats aux élections municipales 2021. Celui de la présidente du Conseil communal n’y figure pas, mais Natacha Ribeaud Eddahbi (PS) soutient l’équipe en lice.

C’est son année et pourtant elle ne va pas en profiter pour se lancer à la conquête d’un siège à l’Exécutif yverdonnois. La socialiste Natacha Ribeaud Eddahbi est celle que l’on voit au centre de l’estrade à chaque Conseil communal et cela lui suffit. Du moins pour l’instant.

Natacha Ribeaud Eddahbi, pourquoi n’avoir pas tenté votre chance? 

Définitivement, j’étais attendue (rires)!  Vous n’êtes pas la première à me poser la question!

Et que répondez-vous, vous qui étiez candidate en 2016?

La planification se fait à cinq ans. Mais on ne sait jamais vraiment comment les choses évoluent. Durant ces cinq ans, je me suis investie dans le domaine politique, mais aussi familial et professionnel. Quand on est trop bonne partout, on s’attend à ce qu’on soit partout (rires)! Mais on ne peut pas.

Il fallait faire un choix, et ce n’était pas en faveur la politique?

Oui, il fallait faire un choix à un instant “T”. Mais j’ai continué à m’engager pour la politique en tant que présidente du Conseil communal.

En tant que présidente du Conseil communal, votre candidature aurait eu une visibilité et une chance supplémentaire pourtant?

Disons que maintenant, ce n’était pas le bon moment. Les circonstances personnelles et professionnelles ne sont pas au rendez-vous. Je suis quelqu’un qui s’engage à 3000% et on ne peut pas s’engager à 3000% dans tous les domaines. Il faut être réaliste et raisonnable. Et vu les engagements que j’avais à tous les niveaux, je ne pouvais pas me lancer dans une campagne.

Pas de regret en voyant le ticket de la gauche? 

Non, pas du tout! Au contraire, je m’en réjouis. C’est une chouette équipe, jeune, dynamique et engagée. Je suis en deuxième ligne. Mon engagement est toujours là. Il y a ceux qu’on voit dans la vitrine et ceux qui sont derrière, et je suis ravie d’être dans le back office cette fois-ci.

Deux femmes sur les cinq candidats. En tant que féministe, comment voyez-vous ce ticket? 

Il y a une femme pour le Parti socialiste et une pour les Verts. L’ambition qu’on aurait pu avoir, c’est trois femmes sur les cinq. Ce sera pour la prochaine fois (rires)!

Considérez-vous que ces candidats ont tous leurs chances?

Oui, tout à fait. Il y a une pluralité de compétences et d’âge. Il y a un bon bagage pour lancer cette campagne et pour tenir pour la suite. Il y a une vraie dynamique d’équipe et une vraie détermination en tout cas. Je croise les doigts pour qu’elle fasse son chemin jusqu’à la Municipalité..


Le ticket de la gauche

Ce mercredi, les Parti socialiste et les Verts, soutenus par le POP et Solidarité&Ecologie, ont présenté leurs candidats à l’Exécutif yverdonnois pour la prochaine législature. On retrouve les trois élus sortant, à savoir Pierre Dessemontet (PS), Jean-Claude Ruchet (PS) et Carmen Tanner (Les Verts). Deux nouvelles têtes viennent compléter la liste: Brenda Tuosto (PS) et Benoist Guillard (Les Verts).

Voir l’article complet sur: www.laregion.ch/verts-et-socialistes-partent-avec-un-ticket-a-cinq-a-yverdon

Christelle Maillard