Logo

«Je vais me donner à fond pour atteindre l’objectif fixé par YS»

16 décembre 2019 | Edition N°2646

Nouvel entraîneur d’Yverdon Sport, Jean-Michel Aeby n’a qu’une idée en tête: la montée en Challenge League des Verts, à la fin de la saison.

La nouvelle de sa nomination à la tête de la «une» yverdonnoise n’a beau être officielle que depuis quelques heures, Jean-Michel Aeby n’est pas sur la retenue quand il s’agit d’évoquer l’avenir proche de son nouveau club. «Yverdon Sport doit monter en Challenge League. Il n’y a que ça qui m’intéresse. Pourquoi passer autant d’heures au stade si c’est pour se retrouver dans le ventre mou du classement? Je suis quelqu’un d’ambitieux, qui aime les défis.» Le décor est posé.

Si les Yverdonnois sont les leaders incontestés de la Promotion League depuis le début de la saison, pas question cependant de se voir trop beaux trop vite: «YS ne compte que sept points d’avance au classement, soit deux matches et demi. Il faudra être performant au second tour», martèle celui qui a été choisi pour succéder à Anthony Braizat, remercié à la mi-novembre. Une deuxième partie de saison qui sera courte, deux matches ayant déjà été disputés avant la trêve hivernale. «Il faudra aborder chaque rencontre comme si c’était un match de Coupe.»

Un projet séduisant

En fin de contrat avec Étoile Carouge, qui pointe actuellement à la 4e place de la Promotion League, Jean-Michel Aeby admet avoir été séduit par le projet yverdonnois: «Il y a une promotion à la clé et un nouveau stade en construction. C’est hyper intéressant et motivant. Ce sont les dirigeants du club qui m’ont approché. Ils ont un but clair et pensent, j’espère, que je suis la personne adéquate pour mener l’équipe vers le niveau supérieur. Il y a beaucoup d’attentes. Je vais me donner à fond pour atteindre l’objectif fixé par YS.»

Le Genevois de 53 ans, qui a déjà vécu des ascensions – avec Carouge en fin de saison dernière, mais aussi avec Genève-Servette et Meyrin – et possède une certaine expérience du deuxième échelon national et de la Super League, poursuit: «Pour avoir du succès, il faut beaucoup travailler et être intègre. Ce sont des valeurs que je veux transmettre.»

Un onze de base performant

Jean-Michel Aeby affirme se chercher actuellement un entraîneur-assistant. «Un numéro deux est très important dans un staff moderne. Je veux être assisté par des gens intègres et transparents. Les joueurs doivent être bien entourés, surtout dans l’idée d’évoluer par la suite dans une ligue professionnelle.»

L’ancien entraîneur de Xamax, qui rencontrera les Verts prochainement et devrait prendre ses fonctions début janvier, n’arrive pas en terrain inconnu: «Il y sept ou huit joueurs avec lesquels j’ai déjà travaillé. Et pour avoir affronté YS avec Carouge au premier tour, je sais qu’il y a un bon contingent. Mais j’aurai mes exigences, et je choisirai un onze de base de façon à pouvoir aligner la meilleure équipe possible, qui puisse carburer tous les week-ends.» Voilà qui devrait plaire à ceux qui reprochaient à son prédécesseur de trop faire tourner son effectif.

 

Mario Di Pietrantonio, président d’YS: «Jean-Michel Aeby est un très bon entraîneur, qui a du tempérament. Il a envie de s’impliquer dans le projet d’Yverdon Sport et a montré une énorme motivation à faire monter l’équipe en Challenge League. C’est quelqu’un qui connaît bien le foot et qui a de l’expérience. Il a toujours obtenu des résultats, mais n’a jamais vraiment eu sa chance dans les clubs où il est passé.»

Muriel Ambühl