Logo

«Je veux vous montrer où va votre argent»

13 septembre 2019 | Edition N°2581

La directrice de l’Association pour le développement du Nord vaudois a rappelé l’importance de l’entité et présenté ses projets avant de solliciter un déplafonnement des cotisations. Un objectif atteint, mercredi.

Nadia Mettraux, directrice de l’ADNV. © Michel Duperrex

 

«Je veux vous montrer où va votre argent et à quoi sert l’Association pour le développement du Nord vaudois (ADNV), a martelé sa directrice, Nadia Mettraux, lors de l’assemblée générale de l’institution qui s’est tenue mercredi à Y-Parc. Dans mon travail, j’aime les actions et les mesures concrètes.» Sans attendre, elle a donc enchaîné avec un cas pratique: «Cet été, j’ai fait la connaissance d’un investisseur étranger. Ce monsieur veut investir pour créer un centre commercial et soixante emplois dans la région. Notre mission pourrait s’arrêter là et nous pourrions en être satisfaits. Mais, en passant du temps avec cette personne, j’ai appris qu’il aimait l’art chinois, la culture, le bien-être, les montres, que son siège européen était à Amsterdam et qu’il voulait même s’installer avec sa famille dans le Nord vaudois. Et qu’une de ses activités en Chine, outre le thé et les mines de charbon, était dans le recyclage du plastique.» Et d’ajouter: «En mettant en commun nos compétences, il y a potentiellement six localités qui pourraient bénéficier de cet investisseur.»

Si l’exemple s’avère exceptionnel, il démontre de l’envie de la directrice de dynamiser au maximum la région. «Notre mission est de créer de l’activité économique et des emplois, et de répondre à vos besoins. Nos actions sont toutes orientées dans ce but.»

Plus de fonds pour aller de l’avant

Nadia Mettraux a dévoilé ses ambitions pour l’avenir: un kit de présentation de l’ADNV, une refonte du site web, des publications sur les réseaux sociaux pour promouvoir les membres, c’est-à-dire les communes et les entreprises du cru, etc. «Pour vous montrer tout ce que l’on peut faire ensemble, j’aurais besoin d’un tout petit peu plus de fonds, a-t-elle expliqué. Jusqu’à présent, on ne percevait pas l’entier des sommes que l’on aurait pu demander.» Aussi, la directrice a prié les membres de déplafonner les cotisations, afin d’obtenir 113 000 francs de plus que d’ordinaire pour le budget 2020. Convaincus par la présentation de la nouvelle cheffe, beaucoup l’ont soutenue. Yverdon-les-Bains a proposé de ne débloquer que la moitié des fonds demandés, histoire d’avancer par paliers. Un amendement qui a été refusé à une large majorité. «Le retour sur investissement existe déjà, mais il doit être augmenté et, certainement, réparti plus équitablement», a reconnu Claude Recordon, président de l’ADNV.

Christelle Maillard