Logo

La Fabrique a déjà ouvert ses portes

14 juin 2016 | Edition N°1763

Champagne – Le groupe Cornu a réussi le tour de force de terminer son «musée de la flûte» avec trois mois d’avance, afin que l’ouverture coïncide avec la fête constituée par l’arrivée du Tour de Suisse aujourd’hui.

A l’entrée de Champagne, le nouveau complexe de La Fabrique propose une plongée dans le monde de la boulangerie. On y retrouve, notamment, un musée interactif, où est exposé le pétrin d’André Cornu, quand il a ouvert sa boulangerie dans le village, en 1934. Responsable du site, Cyril Cornu représente la quatrième génération à travailler dans l’entreprise familiale. © Michel Duperrex

A l’entrée de Champagne, le nouveau complexe de La Fabrique propose une plongée dans le monde de la boulangerie. On y retrouve, notamment, un musée interactif, où est exposé le pétrin d’André Cornu, quand il a ouvert sa boulangerie dans le village, en 1934. Responsable du site, Cyril Cornu représente la quatrième génération à travailler dans l’entreprise familiale.

Champagne a son musée dédié à la boulangerie. Construit par le groupe Cornu, le complexe baptisé La Fabrique a ouvert ses portes au public, hier, avec -c’est un tour de force- près de trois mois d’avance. «Nous avons commencé les travaux en août de l’année dernière et l’inauguration était prévue en septembre, relève Cyril Cornu, responsable de La Fabrique. Mais lorsque nous avons appris que Champagne accueillerait une arrivée du Tour de Suisse en juin (aujourd’hui, lire en page 16 de l’édition complète), nous avons accéléré le chantier pour pouvoir être prêts pour l’événement.»

Devisé à environ 7 millions de francs et construit à l’entrée du village, à côté du siège de la société, le complexe est composé de différents ensembles répartis sur quatre étages. On retrouve, au rez, un magasin d’usine (avec son tea-room), ouvert sept jours sur sept, où les consommateurs peuvent acheter les différents produits du groupe Cornu, également en «deuxième choix». Les visiteurs auront également l’occasion de découvrir des nouveautés pas encore commercialisées. A côté du magasin, un atelier leur propose de mettre la main à la pâte, en solo ou en groupe, et de perfectionner leur technique, coachées par une boulangère. Cette offre vise particulièrement les écoles.

A l’entrée de Champagne, le nouveau complexe de La Fabrique propose une plongée dans le monde de la boulangerie. On y retrouve, notamment, un musée interactif, où est exposé le pétrin d’André Cornu, quand il a ouvert sa boulangerie dans le village, en 1934. Responsable du site, Cyril Cornu représente la quatrième génération à travailler dans l’entreprise familiale. © Michel Duperrex

A l’entrée de Champagne, le nouveau complexe de La Fabrique propose une plongée dans le monde de la boulangerie. On y retrouve, notamment, un musée interactif, où est exposé le pétrin d’André Cornu, quand il a ouvert sa boulangerie dans le village, en 1934. Responsable du site, Cyril Cornu représente la quatrième génération à travailler dans l’entreprise familiale.

Ensuite, au premier étage, se situe un musée interactif, où l’on peut s’informer sur l’histoire de la boulangerie, depuis l’Antiquité, et découvrir la saga de la famille Cornu, une aventure industrielle débutée en 1934 par André Cornu. Lors de la visite, on apprendra, par exemple, que le groupe, qui possède la marque Roland depuis 2008, fabrique 28 800 Bretzeli par heure et que le seul site de production de Champagne transforme, chaque jour, huit tonnes de farine. Le dernière étage du bâtiment accueille un restaurant panoramique de «standing», le 1424, où officiera le chef Frédéric Breton. «Nous pensons qu’il y a encore de la place dans le Nord vaudois pour une bonne table», commente Cyril Cornu.

Le reste des surfaces est loué par le groupe Cornu à des tiers. Il y a là des bureaux, mais aussi tout un espace bien-être, avec un fitness, une coiffeuse et une esthéticienne. A noter que la fête d’inauguration, à proprement parler, de La Fabrique reste prévue pour le mois de septembre. «Cela nous permettra de roder le fonctionnement du complexe d’ici là, ajoute Cyril Cornu. On attend 50 000 visiteurs chaque année sur le site.»

www.lafabriquecornu.ch

 

Yan Pauchard