Logo

La ferme des Cygnes mise en vente

14 mai 2018 | Edition N°2245

La Ville va tenter de se défaire d’une parcelle de 3800 m2, située non loin du centre, avec une ferme du début du XIXe siècle… en très mauvais état.

«On va tenter de la vendre, mais rien ne nous dit qu’on y parviendra.» Municipale chargée de l’urbanisme et des bâtiments, Gloria Capt explique que la décision de mettre en vente la ferme des Cygnes, située tout au début de la rue, est le résultat d’une réflexion en cours, qui concerne l’ensemble du patrimoine communal, dont la motion, transformée en postulat, de la conseillère communale Aude Briand (UDC) est à l’origine.

Pourquoi la Ville veut-elle se défaire d’une propriété qui, en apparence, est un «bijou de famille»? «La ferme est en très mauvais état. Elle a besoin d’une rénovation lourde. Nous vendons l’ensemble de la parcelle, car elle permettrait à l’acquéreur de valoriser le terrain pour financer la restauration de l’immeuble», explique Gloria Capt.

La ferme ne peut en effet être démolie. Elle est classée et porte la note 2 à l’inventaire architectural (bâtiment d’importance régionale). Selon un document en possession du Service des bâtiments de la Ville, l’année de construction «supposée» est 1838.

A l’origine, la parcelle était plus vaste puisqu’elle comprenait l’ancien manège, démoli, et remplacé par l’aire de stationnement qui jouxte l’ancien Hôtel du Lac.

Construction possible

La Ville met en vente l’ensemble de la parcelle afin de motiver un éventuel investisseur. En effet, une construction nouvelle est possible et cette opération immobilière permettrait de financer la restauration de l’immeuble historique qui, de l’avis des spécialistes du bâtiment, nécessitera des fonds considérables. Actuellement, la ferme est occupée par des locataires.

Bien évidemment, si la démarche n’aboutit pas, la Ville devra tôt ou tard mettre en valeur cet ensemble. On rappellera que dans le plan des investissements 2016-2025, la Municipalité prévoit la vente de terrains et immeubles estimés à 96 millions de francs. Dans ce contexte, l’opération concernant la ferme des Cygnes fait office de test.

Large réflexion

Face aux centaines de millions de francs d’investissements prévus pour ces prochaines années, la Ville doit établir des priorités claires. La motion, transformée en postulat, déposée par la conseillère communale Aude Briand en octobre dernier, doit aboutir à la planification d’une stratégie en matière immobilière.

Si l’inventaire est connu, les rénovations à opérer doivent être planifiées tant financièrement que du point de vue des travaux. L’acquisition d’un logiciel de recensement d’analyse et d’aide à la discussion en matière d’entretien immobilier devrait faciliter la démarche.

La politique de la Ville en matière immobilière, jusqu’ici conservatrice, pourrait connaître une évolution. Selon les informations données par la délégation municipale à la commission qui a traité l’intervention d’Aude Briand, l’Exécutif veut profiter des opportunités qui pourraient se présenter, y compris en procédant à des échanges.

Les vœux émis par la commission devraient aider la Municipalité à canaliser sa réflexion, démarche à laquelle les services communaux sont associés.

Isidore Raposo