Logo

La mauvaise histoire de l’an passé s’est répétée

19 août 2019 | Edition N°2562

Coupe de Suisse: Yverdon Sport s’est incliné 1-2 contre Xamax, hier au stade municipal. Un résultat terriblement cruel, alors que les Yverdonnois ont dominé l’intégralité de la rencontre. Les Neuchâtelois ont renversé le score sur deux balles arrêtées en fin de rencontre.

La victoire de Xamax, l’an dernier à Yverdon-les-Bains également au premier tour de la Coupe de Suisse, avait été étriquée. YS avait eu les meilleures occasions, avait prodigué le plus beau football, mais n’avait pas marqué. Et un certain Raphaël Nuzzolo le lui avait fait payer cher.

On reprend les mêmes équipes, et on recommence. Ou presque. Car cette fois Yverdon Sport a même dominé de la tête et des épaules les «rouge et noir». Mieux, les hommes d’Anthony Braizat ont ouvert la marque à l’heure de jeu, après une sublime chevauchée de Norman Peyretti, parfaitement lancé par Ninte. Le stade municipal était en ébullition. Excellents, les Nord-Vaudois avaient tout pour bien faire face à un bien triste Xamax. Mais de nouveau, la formation de la Maladière s’en est remise à son sauveur, Raphaël Nuzzolo, qui a relancé les actions des siens à la 77e, d’un magnifique coup de tête sur un corner. Le coup d’assommoir est tombé à la 86e, sur un long ballon et une sortie à mauvais escient du gardien Valmir Sallaj.

Le haut niveau

«On a un peu craqué physiquement, estimait l’entraîneur yverdonnois Anthony Braizat, qui a notamment sorti trois de ses meilleurs éléments, qui avaient beaucoup donné, en fin de partie. On prend deux buts sur des balles arrêtées, alors que l’on avait bien défendu dans le jeu. C’est l’exigence du haut niveau.»

Il n’empêche qu’Yverdon Sport a disputé son meilleur match de la saison. Brillant dans la circulation du ballon, le milieu de terrain des Verts a régalé. «On méritait clairement de s’imposer. Sur ce que les deux équipes ont proposé, je pense que les gens ont dû se dire que c’est Yverdon qui jouait en Super League et non l’inverse. Les Neuchâtelois ont réussi un gros hold-up. On aurait préféré perdre 4-0 que comme ça», constatait, légitimement frustré, l’excellent Hugo Fargues.

Comment donner tort au milieu de terrain? À la pause, YS avait obtenu sept corners contre aucun aux Xamaxiens. La première véritable occasion de but des visiteurs n’est tombée qu’à la 50e, annihilée par une belle parade de Valmir Sallaj. Il n’y en a pas eu d’autre. Extrêmement prudents, sans inspiration, les hommes de Joël Magnin défendaient même à onze dans leurs seize mètres sur chaque corner!

Comme toujours dans ce cas de figure, le vaincu peut regretter les occasions galvaudées. Avant la pause, déjà, et encore plus en fin de partie, alors que le tableau d’affichage n’indiquait que 1-1. On pense à cette tête de Mustafa Sejmenovic (80e) et, surtout, au face-à-face perdu d’un rien par Fabio Morelli (81e) devant le gardien Matthias Minder. Des actions qui avaient le poids de la qualification.

Les gens reviendront

«Même à 1-0 pour nous, on a continué à jouer, relevait Hugo Fargues. Il était important de montrer un beau visage. Il y avait du monde au stade et ceux qui sont venus pour la première fois vont, je l’espère, revenir. Le public a pris du plaisir, et c’est là le plus important.»

Et Anthony Braizat de ramener tout le monde sur Terre: «On va vite se recentrer sur le championnat, un gros match contre Black Stars arrive samedi prochain.»

Manuel Gremion