Logo

Là où tout a commencé

3 septembre 2019 | Edition N°2573

La 19e édition du Challenge des Bains s’est déroulée en présence de l’Yverdonnois David Wolfer (19 ans), qui évolue avec Fribourg.

Son pèlerinage à lui, ce fut en quelque sorte son périple de l’autre côté de la Sarine. Il y a deux ans, David Wolfer décida de s’en aller à Frauenfeld afin d’effectuer la maturité bilingue dans le cadre de sa deuxième année gymnasiale. L’occasion pour l’Yverdonnois de parfaire sa formation scolaire, mais aussi sportive, tant les équipes alémaniques demeurent aujourd’hui encore plus compétitives que leurs homologues romandes dans la pratique de l’unihockey. Deux saisons plus tard, le jeune défenseur de 19 ans occupe une place de choix au sein de l’effectif de Fribourg, l’unique phalange romande à évoluer en Ligue nationale masculine. Et durant le week-end, il a pris part au Challenge des Bains. Une compétition qu’il a tant de fois contemplée depuis les tribunes, avec l’espoir d’y participer un jour.

Le petit Romand

À Winterthur, où tout est mis en œuvre pour offrir les meilleures conditions d’entraînement, David Wolfer a connu un réel pic de progression, même s’il a dû cravacher pour se faire sa place. «Une fois, un coéquipier m’a dit qu’il était persuadé que j’étais mauvais, étant donné que je venais de Suisse romande, raconte celui qui a été repositionné en tant que défenseur lors de cette saison 2017-2018. Mais la concurrence, le rythme de jeu, les infrastructures et la mentalité font que tu progresses très rapidement.»

Car avant cela, l’Yverdonnois avait fait toutes ses classes à l’UC Yverdon, et ce dès l’âge de 7 ans. Désormais, il s’entraîne trois fois par semaine à Fribourg (LNB), après avoir évolué – et fait ses preuves – avec les M21 fribourgeois.

Stressé par l’enjeu

Vainqueur à trois reprises du Challenge des Bains, Floorball Fribourg s’est à nouveau rendu dans la Cité thermale le week-end dernier, dans une compétition que le club affectionne. Observateur aguerri des éditions précédentes, David Wolfer a cette fois eu l’occasion de se battre sur le terrain avec ses nouveaux coéquipiers. «Il s’agit d’un sentiment étrange. Peut-être que je m’attendais à prendre davantage de plaisir. En l’occurrence, j’ai vraiment eu de la peine à me défaire du stress que cette participation engendrait.»

Auteur de deux assists sur l’ensemble du week-end, le longiligne défenseur (194 cm) ne se montre pas pleinement satisfait de sa performance à domicile. Cette saison, il entend bien poursuivre son apprentissage de la discipline aux côtés de joueurs plus expérimentés. Et ainsi briller au sein du meilleur effectif de Suisse romande.

Développement dans notre édition papier.

Loris Tschanz

Rédaction