Logo

La réserve s’offre un balisage à la pointe

23 avril 2018 | Edition N°2231

Cheyres – L’Association de la Grande Cariçaie a installé une nouvelle signalétique homogène pour mettre en valeur ses huit réserves naturelles.

L’ observateur qui admire la vue panoramique de la Grande Cariçaie aux alentours de Cheyres découvre avec intérêt et curiosité les nouveaux panneaux de l’une des réserves naturelles qui borde sur une quarantaine de kilomètres le lac de Neuchâtel. Cette signalétique des aires protégées – le coût des travaux s’élève à 10 000 francs pour la Grande Cariçaie – a récemment été implanté par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). «On s’est rendu compte que le système de balisage était très hétéroclite en Suisse et que cela pouvait générer de la confusion chez certains promeneurs, indique le biologiste Christophe Le Nédic, qui travaille depuis 27 ans au sein de l’Association de la Grande Cariçaie. Selon lui, près de 500 panneaux, de cinq types différents, seront installés d’ici deux à trois ans sur l’ensemble du territoire d’une surface totale de 3 000 hectares. Facilement reconnaissable grâce à une bordure verte foncée et un logo rouge en forme de croix, ce nouvel outil didactique confère une unité à ces lieux où on se laisse facilement transporté par le chant harmonieux des oiseaux.

Christophe Le Nédic et son équipe disposeront progressivement de quelque 500 panneaux sur tout le territoire de la Grande Cariçaie.

Christophe Le Nédic et son équipe disposeront progressivement de quelque 500 panneaux sur tout le territoire de la Grande Cariçaie. ©Carole Alkabes

En contrebas de la réserve, d’autres panneaux indiquent une plage isolée ou un petit observatoire d’où l’on peut observer une magnifique oie cendrée. «Ces panneaux sont à disposition du public et permettent de découvrir ce milieu naturel tout en respectant certaines règles de comportement afin de ne pas déranger la faune», précise le biologiste. C’est pourquoi, le promeneur veillera à rester sur les chemins balisés, à ne pas cueillir de fleurs et à attacher son chien.


Fauchage des prairies

Des travaux d’entretien sont réalisés chaque année, d’octobre à mars, pour faucher la roselière de la Grande Cariçaie. «Le plan d’eau est peu profond et a tendance à perdre son caractère aquatique», explique Christophe Le Nédic. Cette matière organique est ensuite compostée. Pour lutter contre le phénomène d’embroussaillement, les bosquets sont également décapés durant cette période. Une cure de jouvence nécessaire avant d’accueillir les promeneurs au printemps.

Valérie Beauverd