Logo

La Ville espère attirer de riches contribuables avec un faible taux d’imposition

8 octobre 2019 | Edition N°2597

Yverdon-les-Bains – La gauche et la droite ont vivement débattu du bien-fondé d’une baisse du point d’impôt alors que la Ville annonce un déficit de plus de 3,23 millions en 2020.

En soulageant les villes et villages vaudois du financement des soins à domicile, l’état avait imaginé un deal simple: d’un côté, l’impôt cantonal 2020 grimpera de 1,5 point, et de l’autre, les localités baisseront le leur dans une même proportion. Autonomie communale oblige, c’est à chaque organe délibérant de décider s’il entend effectuer cette bascule ou garder le même taux pour générer une hausse de ses recettes fiscales. Dans les faits, cela n’a pas été si simple à Yverdon-les-Bains. Jeudi dernier, le Conseil communal a débattu autour de cette question.

«En théorie, on aimerait tous offrir une baisse des impôts. Mais en pratique, a-t-on vraiment les moyens de nos ambitions? Car on a encore des investissements à faire. Nos infrastructures ne sont pas encore suffisantes», a questionné Natacha Ribeaud Eddahbi (PS). Pour elle, comme pour  la gauche, la Ville a l’opportunité de gagner 2,93 millions de francs en votant pour un statu quo du point fiscal en 2020, au lieu de se satisfaire de 1,77 million en cas de répercussion de la bascule. Et Anthony Reymond (PS) de renchérir: «Nous étions des inconscients quand nous demandions le remboursement d’une injuste taxe sur les déchets pour un coût de moins d’un million de francs. Quinze minutes plus tard, on nous demande de grever le budget communal de plus d’un million pour une baisse d’impôt qui profite aux plus riches. Mesdames, messieurs, je vous prie d’être raisonnables.»

Même la commission des finances s’est demandé si c’était une bonne idée, vu le déficit de 3,23 millions de francs prévu au budget 2020: «La grande majorité est arrivée à la conclusion que les contribuables ne comprendraient pas une augmentation de leur charge fiscale par un maintien du statu quo du taux d’imposition communal. Ce d’autant plus que certaines charges de la Ville seront reprises par le Canton», a expliqué son président, Olivier Jaquier.

«On ne vous propose pas de baisser l’impôt, mais de le maintenir, a précisé le syndic Jean-Daniel Carrard. On sait qu’on a des investissements et qu’on doit rattraper ceux qui n’ont pas été faits. Le plan des investissements a été drastiquement revu à la baisse. Nous sommes raisonnables et nous essayons de faire avec les moyens du bord. Mais on a un taux d’impôt des plus hauts et un rendement des plus faibles.» Et le PLR Laurent Roquier d’ajouter: «Regardez la réalité: la valeur du point  d’impôt a baissé ces dernières années. On est dans les derniers du canton. La raison? Les bons salaires partent. Pourquoi? Parce qu’Yverdon-les-Bains n’est pas attractif. On a le troisième plus haut taux du canton.»

Finalement, c’est à une courte majorité que la baisse du taux d’impôt a été acceptée.

Christelle Maillard