Logo

L’Abbaye nouvelle formule réussit son baptême du feu

19 juin 2017 | Edition N°2019

Yverdon-les-Bains – La société de l’Abbaye d’Yverdon et sa voisine de l’Abbaye des Armes réunies ont organisé ensemble le traditionnel raout populaire. Le recette sera pérennisée.

Plus d’un millier d’écoliers yverdonnois ont paradé dans les rues de la Cité thermale lors du cortège. ©Michel Duvoisin

Plus d’un millier d’écoliers yverdonnois ont paradé dans les rues de la Cité thermale lors du cortège.

L’adage dit qu’on a le temps que l’on mérite. L’Abbaye d’Yverdon-les-Bains doit avoir beaucoup de mérite. Organisée pour la première fois conjointement par les vénérables institutions de l’Abbaye d’Yverdon et de l’Abbaye des Armes réunies (voir ci-dessous), la manifestation s’est déroulée sous un soleil radieux, le week-end dernier, et a tenu toutes ses promesses.

«Tout s’est très bien passé. Chaque société a su s’adapter aux habitudes et aux manières de fonctionner de l’autre, tout en apportant une plus-value», se réjouit Yves Richard, l’Abbé-président de l’Abbaye des Armes réunies. Un constat que partage son homologue de la société voisine. «L’entente est tellement bonne que nous avons passé la nuit dernière (ndlr : de samedi à hier) ensemble, rigole Thierry Gaberell. Nous avons été alertés vers 3h30 du matin, car une bâche de la cantine s’était envolée à cause des bourrasques de vent. On a mis un moment à la remettre en place.»

Jacques Dessemontet, la plus fine gâchette de la semaine et couronné Grand Roi hier, et sa demoiselle d’honneur, Romane Agnelot. ©Michel Duperrex

Jacques Dessemontet, la plus fine gâchette de la semaine et couronné Grand Roi hier, et sa demoiselle d’honneur, Romane Agnelot.

Principale nouveauté cette année -avec les carrousels-, l’installation de la cantine sur la promenade Auguste-Fallet, qui a servi de lieu de ravitaillement pour les quelques 150 convives qui ont mangé le repas servi dans la foulée du couronnement des Rois. Devant la Municipalité, les plus fines gâchettes du week-end ont été parées d’or. Ainsi, Paulo De Jesus et Wendy Auberson, déjà titrée l’an dernier (Tir des jeunes), Dylan Matthey (Tir jeunesse) et Jacques Dessemontet (Grand Roi) ont reçu les honneurs.

 

Investir le centre-ville

 

L’Yverdonnois Michel Allenspach n’a rien perdu de son adresse au tir. ©Michel Duperrex

L’Yverdonnois Michel Allenspach n’a rien perdu de son adresse au tir.

Point d’orgue du week-end, le cortège a tenu toutes ses promesses. Dans les méandres du centre-ville, de la place Pestalozzi à la rue de la Plaine, en passant par la rue du Milieu, les 1500 participants ont paradé devant une foule garnie de curieux. «Notre souhait était de concentrer les activités au centre-ville et de redonner la fête aux Yverdonnois, concluent Yves Richard et Thierry Gaberell, tout heureux de leur collaboration.

 

En chiffres

 

Le duo gagnant de la manifestation : Yves Richard, l’Abbé-président de l’Abbaye des Armes réunies (à g.), et Thierry Gaberell, celui de l’Abbaye d’Yverdon. ©Michel Duperrex

Le duo gagnant de la manifestation : Yves Richard, l’Abbé-président de l’Abbaye des Armes réunies (à g.), et Thierry Gaberell, celui de l’Abbaye d’Yverdon.

125, soit le nombre de participants qui ont pris part au concours de tir, qui s’est déroulé durant toute la semaine. Les plus fines gâchettes ont été couronnées hier en fin de matinée sur la place Pestalozzi.

1500, soit le nombre de participants au cortège qui a paradé, hier, dans le centre-ville.

49, soit le nombre de classes d’école d’Yverdon-les-Bains qui ont pris part au cortège.

7, soit le nombre de fanfares qui ont égayé le cortège de quelques-uns des morceaux de leur répertoire.

46, soit le nombre de repas servis sous une cantine montée, pour la première fois, sur la promenade Auguste-Fallet, à côté des carrousels.

 

L’union fait la force

 

La fanfare L’Avenir était l’un des sept orchestres invités à défiler durant le cortège. ©Michel Duperrex

La fanfare L’Avenir était l’un des sept orchestres invités à défiler durant le cortège.

L’Abbaye d’Yverdon et l’Abbaye des Armes réunies ont, pour la première fois, organisé en duo la manifestation, alors que jusqu’ici les deux sociétés ont mis sur pied la manifestation une année sur deux, l’une après l’autre. Ce rapprochement des deux institutions, fondées respectivement en 1819 pour l’Abbaye d’Yverdon et en 1846 pour celle des Armes réunies, n’est pas une fusion, «mais une union de nos énergies et de nos compétences, afin de redonner un vrai dynamisme à la fête», précisent, en choeur, les deux Abbé-présidents, Thierry Gaberell et Yves Richard.

Reste que, pour assurer une belle fête, celle-ci ne sera organisée plus qu’une année sur deux. Rendez-vous donc en 2019 pour la prochaine édition.

Enregistrer

Simon Gabioud