Logo

L’Agenda 21 cherche des idées nouvelles

4 mai 2018 | Edition N°2240

Yverdon-les-Bains – Après le Service de la culture de la Ville, c’est au tour du programme du développement durable de redéfinir ses objectifs. Et c’est auprès des citoyens que la Municipalité compte trouver des projets.

Il n’y a certainement qu’un comédien improvisateur comme Bertrand Tappy, de la Compagnie du Cachot, pour crier haut et fort que la boutique de lingerie yverdonnoise Marilou contribue à préserver la nature en faisant des économies de tissu! Et c’est peut-être le seul à avoir réussi à transformer la municipale de la culture Carmen Tanner en requin, à lui faire imiter le cri du pigeon et à l’inciter à sautiller sur un pied à la rue du Four. Le but de Bertrand Tappy n’était pas de tourner l’édile en ridicule, mais de parler de développement durable tout en présentant le nouveau projet de l’Agenda 21 (lire encadré gris). En effet, la Municipalité a présenté hier sa nouvelle démarche participative baptisée «Votre ville, vos idées pour un développement durable à Yverdon-les-Bains». Celle-ci invite donc les habitants à émettre leurs voeux et à souligner les points faibles du programme actuel de l’Agenda 21.

Au nom du développement durable, le guide d’un jour a demandé au public d’économiser une semelle en marchant sur un pied au centre-ville. © Michel Duperrex

Au nom du développement durable, le guide d’un jour a demandé au public d’économiser une semelle en marchant sur un pied au centre-ville. © Michel Duperrex

«Cela fait plus de quinze ans que l’Agenda 21 existe à Yverdon-les-Bains et peut-être qu’il a eu le temps de s’essouffler. Il fallait le relancer, précise Carmen Tanner. On a vu une opportunité en 2016, lorsque la Confédération, qui s’est dotée de 17 nouveaux objectifs à réaliser avant 2030 (ndlr: d’où l’appellation Agenda 2030), a souhaité développer cet agenda dans les cantons et les communes.» La Cité thermale a donc proposé son projet participatif visant à définir un programme en lien avec ces 17 objectifs.

«Nous sommes l’une des premières communes du pays à lancer la révision de notre Agenda 21, poursuit-elle. Nous bénéficions d’un programme d’encouragement de l’Office fédéral du développement territorial, car nous faisons partie des 18 projets sélectionnés par l’Etat sur environ soixante dossiers soumis.» Cette aide se traduit par une subvention de 20 000 francs. Un soutien non négligeable, car le projet yverdonnois est estimé à 60 000 francs.

Aller au plus proche des gens

Bertrand Tappy, comédien, a organisé une visite guidée de l’exposition des photos de Dario Lanfranconi mise en place par l’Agenda 21.

Bertrand Tappy, comédien, a organisé une visite guidée de l’exposition des photos de Dario Lanfranconi mise en place par l’Agenda 21. © Michel Duperrex

Pour connaître les envies de la population, la Ville a décidé d’aller à sa rencontre. «On ne demande pas aux Yverdonnois de faire comme en mai 68, mais on invite les gens à penser à une autre société, indique Carmen Tanner. Et pour faire émerger des questions et des propositions, on a voulu aller au plus proche des gens.» L’Agenda 21 a donc monté une exposition de photos représentant les 17 objectifs dans 17 commerces du centre-ville. «Cette campagne permet de vulgariser le terme développement durable, qui  englobe beaucoup de choses, comme les ressources naturelles, l’agriculture, les inégalités, l’économie locale, etc.», renchérit Silla Mona, déléguée à l’Agenda 21.

Un changement de nom?

En présentant ses nouveaux objectifs avec l’Agenda 2030, peut-on imaginer que l’Agenda 21 en profite pour changer de nom? «C’est une question que l’on s’est posée et qui est encore ouverte, précise Silla Mona. Mais je ne pense pas qu’on changera pour le nom Agenda 2030, car ce n’est pas une dénomination très claire dans l’esprit de la population. Surtout, on ne veut pas attendre 2030 pour agir. On doit le faire dès aujourd’hui.»

Les résultats de cette démarche participative seront présentés le 15 septembre, lors du festival AlternatYv. A cette occasion, des portraits vidéos de plusieurs «héros ordinaires»,  des Yverdonnois actifs dans le développement durable, seront présentés au public.

L’exposition dans 17 vitrines du centre-ville est à découvrir jusqu’au 5 juin. Les 5 et 12 juin, deux ateliers seront aussi proposés pour discuter des bonnes pratiques et imaginer des actions concrètes.


Objectifs du XXIe siècle

L’Agenda 21 d’Yverdon-les-Bains est né en 2001, à la suite de la Conférence internationale sur l’environnement et le développement de Rio de 1992. A l’issue de cette réunion, la déclaration Agenda 21, énonçant 27 principes, un programme d’actions et quelque 2500 recommandations, a été signée entre différents pays, dont la Suisse, pour fixer les objectifs du XXIe siècle. La Cité thermale a décidé de transposer localement les directives supranationales.


Evaluation interne

La Municipalité n’a pas attendu l’avis des citoyens pour faire une première évaluation à l’interne, de ses services. Selon Carmen Tanner, municipale, la Cité thermale se démarque tant au niveau de l’énergie que du dynamisme économique. D’ailleurs, depuis 2009, plus de 150 projets ont été soutenus financièrement par les deux fonds d’investissement de la Commune, ce qui représente environ quatre millions de francs de subventions.

Mais ce premier bilan a aussi révélé des faiblesses: «Il y a notamment un grand potentiel au niveau de la mobilité douce, du commerce local et la promotion du sport, atteste Silli Mona, déléguée à l’Agenda 21. Il y a également un effort à faire sur la consommation énergétique des bâtiments et la renaturation des cours d’eau.»

 

Christelle Maillard