Logo

Le beau temps après l’orage?

4 septembre 2009

La saison débute samedi à 14h aux Vuagères, contre Stade Lausanne, pour la formation de Marcelo Gauna.

Les rugbymen yverdonnois tâcheront de s'élever plus haut que Stade Lausanne, demain, aux Vuagères

Les rugbymen yverdonnois tâcheront de s'élever plus haut que Stade Lausanne, demain, aux Vuagères

Les rugbymen d’Yverdon sont gonflés à bloc. Demain, à 14h, ils accueilleront Stade Lausanne pour le compte du premier tour du championnat de Ligue nationale A. Et cette saison, les Nord-Vaudois auront à coeur de faire oublier celle qui s’est achevée au printemps dernier par leur élimination en quarts de finale des playoffs.

L’entraîneur Marcelo Gauna en est convaincu: ses hommes ont tout pour bien faire. Mais selon lui, ce nouvel exercice ne peut guère prendre que deux visages différents. «Soit nous explosons et tout se passe à merveille, soit nous nous cassons la figure et, alors il faudra réfléchir à ce que l’on veut faire», estime-t-il. En quoi cette saison sera-t-elle si cruciale? «Le rugby suisse est en train de changer. La plupart des formations se renforcent, en engageant des joueurs étrangers», poursuit-il. Du côté d’Yverdon, par contre, on continue de miser sur la formation, sur les gars du cru. «Si nous parvenons à tirer notre épingle du jeu, cela prouvera que notre façon de faire est appropriée. Sinon, il y aura des questions à se poser», précise-t-il.

Quoi qu’il en soit, avec une trentaine de joueurs à disposition, le mentor des Vuagères a de quoi faire. De plus, il pourra compter sur le retour de Grégoire Leresche, qui a longtemps été blessé, et sur celui d’Azad Saadi, qui a terminer de purger une suspension de huit mois. Au-delà, le contingent est resté stable. «Mais naturellement, le contingent reste tributaire des aléas de la vie de ses éléments, comme c’est le cas pour toutes les équipes sportives amateurs», lâche Marcelo Gauna.

Travail et sacrifice

Pour le technicien, l’objectif sera de renouer avec les résultats obtenus lors de la saison 2007-2008. «Nous avions terminé troisièmes du championnat et remporté la Coupe, rappelle-t-il. Mais en rugby, tout se joue au travail, au sacrifice.»

Les joueurs savent ce qu’il leur reste à faire. Mais la tâche est à leur portée: les rugbymen yverdonnois ont toujours montré qu’ils savaient mouiller le maillot. «Le match contre Stade Lausanne nous donnera une première indication sur ce que nous pouvons attendre de cette saison», conclut-il.

Lionel Pittet