Logo

Le Camping des Iris aborde sa mutation

30 août 2013

Les résidents du bord du lac vont, non sans regret et quelques coups de gueule, renoncer à leurs privilèges. 

Occupée par les résidents, la zone rouge sera destinée à accueillir les campeurs de passage. Ces derniers auront aussi une place le long de l’avenue des Iris. Quant aux résidents, ils auront le choix entre la zone grise et la zone jaune. Pour cette dernière, la demande dépassant l’offre, les parcelles seront attribuées par tirage au sort.

Sous réserve de la décision du Conseil communal -l’organe délibérant doit encore se déterminer sur une demande de crédit de près de deux millions de francs-, le Camping des Iris, à Yverdon-les-Bains, va connaître une profonde mutation durant l’automne-hiver. Non seulement un nouveau bloc sanitaire va être construit, mais c’est surtout la répartition des surfaces entre résidents et campeurs de passage qui va fondamentalement changer. Et qui provoque quelques sautes d’humeur.

On ne reviendra pas sur le tollé provoqué l’an dernier par la hausse des tarifs annoncée par le TCS, qui avait pour projet de faire de site yverdonnois un camping quatre étoiles. Le club automobilistique a finalement renoncé et la Ville d’Yverdon-les-Bains, propriétaire des lieux, a finalement confié la gérance du camping à Margot Montaldo, qui avait l’avantage de l’avoir déjà exploité en 2012 sous l’emblème du TCS.

Les prix du marché

Les résidents du camping des Iris viennent de recevoir la liste des tarifs qui seront pratiqués en 2014 et 2015. Pour une parcelle de 80 m2, en zone grise, c’est-à-dire celle située en bordure de l’avenue des Iris et réservée actuellement aux touristes de passage, ils devront débourser près 2200 francs pour la saison. Le tarif pratiqué actuellement est de 1400 francs, tout compris, sauf la douche.

Cette augmentation provoque bien évidemment des réactions, mais c’est surtout le renvoi des résidents qui bénéficient de parcelles côté lac vers le sud qui suscite le plus de mécontentement. «Je m’attends à des départs, soit pour des raisons de santé soit parce que des personnes ne veulent pas déménager», relève Margot Montaldo.

En ce qui concerne les tarifs, la gérante souligne que les prix qui seront pratiqués à partir de l’an prochain sont ceux du marché. Il est évident que l’investissement qui sera réalisé explique l’augmentation prévue. Mais elle relève que dans les nouveaux tarifs, la douche est comprise.

La gérante a toutefois prévu d’accorder un rabais: «J’ai déjà eu l’expérience de travaux et le retard peu générer quelques nuisances…»

Un bel été

En ce qui concerne la saison en cours, Margot Montaldo est satisfaite d’avoir vécu «un été formidable, avec beaucoup de passage», après un printemps pourri. Et malgré les problèmes qui se poseront encore, elle se réjouit d’ores et déjà de proposer l’an prochain des installations dignes «d’un bon trois étoiles».

 

Un plan de stationnement à venir…

Camping sans voitures

L’option prise il y a un an d’aménager un camping sans voitures est confirmée. «C’est une décision politique», relève Margot Montaldo. Cette dernière relève que les places qui ont opéré ce choix ont assisté à un changement de clientèle. Mais selon la gérante, c’est un plus: «Pour la sécurité des enfants, c’est vraiment un progrès.» Reste que les résidents, qui pourraient avoir des macarons, ne savent pas où ils pourront stationner leurs véhicules. Et les aires réservées à la plage, on l’a vu cet été, sont, les jours de beau temps, notoirement insuffisantes…

 

Isidore Raposo