Logo

Le mariage du sport et de la culture

1 février 2019 | Edition N°2427

La Ville a présenté les contours du futur site de Sports 5, où cohabiteront plusieurs populations. Le fruit d’un partenariat public-privé qui a permis d’avancer rapidement.

Une zone où se mêleront les sportifs, les artistes et les créateurs, mais aussi les étudiants, les visiteurs et la population: l’ambitieux avenir du complexe de bâtiments de Sports 5 a été dévoilé par la Ville d’Yverdon-les-Bains. «On a travaillé à trouver un juste équilibre entre le sport et la culture», se réjouit le syndic Jean-Daniel Carrard. Et Carmen Tanner, municipale de la culture, de lui emboîter le pas: «C’est un mariage qui est très fort.»
Le projet, dont la demande d’un crédit d’étude de 500 000 francs fait l’objet d’un préavis au Conseil communal, est le résultat d’un partenariat public-privé. «Il fallait trouver un partenaire prêt à investir et à s’investir», insiste Jean-François Sutterlet, chef de projet au Service des bâtiments. Ce partenaire n’est autre que Mario Di Pietrantonio, par ailleurs président d’Yverdon Sport, via les sociétés dont il est administrateur.
Le coût des travaux à la charge de l’investisseur privé est évalué à quelque 26,2 millions de francs. A ceci s’ajoutent un montant de 2 millions de francs prévu dans le plan d’investissement 2018-2027 de la Ville, ainsi que les 3,5 millions attendus de la valorisation des lots des PPE attribués au partenaire privé. «Le fait de céder des terrains permet de récupérer cette somme de 3,5 millions qui, en plus de celle prévue au plan d’investissement, sera donc injectée dans la partie culturelle de Sports 5 (ndlr: la partie en bleu sur le schéma), clarifie le syndic yverdonnois. Si la Ville souhaitait rajeunir à elle seule tout le périmètre, il en coûterait quelque 30 millions de francs. On a ainsi pu amener une réponse dans des délais courts.» Et la participation nette communale demeure à 2 millions.
Si tous les écueils sont franchis dans les délais escomptés, les travaux pourraient alors commencer courant 2020. Des négociations ont été entamées depuis de longs mois avec les locataires actuels et des solutions ont été trouvées pour la majorité d’entre eux. Des bâtiments seront démolis, notamment au centre de la zone, alors que d’autres structures (essentiellement celles en orange et en bleu sur le schéma) seront conservées et aménagées. En tout, quelque 13 000 mètres carrés de plancher seront dévolus aux différentes activités. Les parties extérieures (en blanc) seront piétonnes. Le parking se situera à l’arrière de la zone.

De l’hébergement

Ce «campus particulier» sera divisé en plusieurs secteurs. Une partie sera consacrée à l’hébergement estudiantin (environ 70 chambres) et hôtelier (40), permettant l’accueil d’athlètes et d’artistes, mais aussi de divers groupes sportifs, scolaires et culturels. Un espace restauration, un autre de coworking et une garderie sont prévus.

Du mouvement

Sports 5 – sa dénomination pourrait être changée – fera la part belle à l’activité physique. La Fédération suisse de judo y installera son Centre de performance national de l’ouest du pays. Une salle de force et un fitness, dévolus à la population et aux clubs de la commune, seront créés. Un mur d’escalade s’ajoutera à l’offre, tandis qu’une salle de danse demeurera sur site.

De la culture

Enfin, la zone culturelle, dont l’aménagement constitue la part à la charge de la Ville, hébergera, entre autres, des lieux de résidence et de création pour les artistes, des bureaux, des espaces de stockage, des ateliers, des salles de répétition, ainsi qu’un centre où se tiendront des expositions, des conférences et une multitude d’activités. La salle de L’Amalgame fera figure de poumon du site et de la vie nocturne.
«On a tenu compte des besoins des acteurs culturels, en répondant aussi aux demandes faites lors d’une démarche participative», souligne Carmen Tanner. Et Vincent Kummer, chef du Service de la culture, de poursuivre: «On franchit un pas avec le concept de résidence. Cela permettra aux artistes locaux de travailler ici, et même d’en accueillir d’autres pour plus qu’un soir.»
Tous les ingrédients pour en faire un haut lieu de la vie yverdonnoise.

 

Un stade à 9 millions

En parallèle du préavis concernant Sports 5, la Municipalité a présenté dans le même temps celui concernant la rénovation du stade municipal. La Ville demande un crédit d’investissement de 7,8 millions de francs qui devra encore être accepté par le Conseil communal en avril prochain. La montant total du rafraîchissement se monte à 9,3 millions, complété, à hauteur de 1,5 million, par le même partenaire privé que pour Sport 5.
Les travaux devraient débuter en septembre et s’étendront sur deux ans, sans que cela ne gêne outre mesure les supporters et les utilisateurs. La tribune sera rénovée (les bancs seront remplacés, notamment), mais pas détruite, tandis qu’un restaurant et de nombreux nouveaux vestiaires seront réalisés. Une partie des locaux qui entoureront l’enceinte seront essentiellement dévolus à Yverdon Sport et son administration, tandis que d’autres seront partagés par toutes les parties. (F. V.)

Manuel Gremion